Afin de rendre plus compréhensibles, tant est que ce soit possible, les problèmes postaux rencontrés actuellement par le Collectif Info Médoc Pesticides et moi-même, en voici un historique : 
-Je suis engagée contre les pesticides depuis mai 2011, je n’avais jamais jusqu’à cette année rencontré de soucis dans la réception de mon courrier. 
-Nous sommes en Collectif depuis février 2016, nous avons jusqu’à cette année déjà envoyé et reçu des RAR, sans que cela ne pose un quelconque problème, à quelque niveau que ce soit.
-Janvier 2019, premier envoi de courrier par des travailleurs des vignes à des châteaux du Médoc, sur l’obligation de leur remettre la liste des pesticides utilisés alors qu’ils y étaient employés.
-Février 2019, premières difficultés constatées dans la réception de mon courrier tant à mon nom, qu’au nom du Collectif, qu’aux deux noms. En revanche, mon conjoint et ma fille, qui n’ont pas le même nom que moi, eux reçoivent très bien leur courrier. Depuis février, je n’ai plus reçu un seul relevé bancaire du compte du Collectif, ils sont tous revenus à la banque avec la mention « N’habite plus à l’adresse indiquée », ce qui a eu pour conséquence de bloquer toute demande de renouvellement de chéquier au nom du Collectif, après plus de deux mois de blocages, je viens juste d’en obtenir un. Un livre qui m’était adressé est revenu à son expéditeur et une carte également, toujours avec la même mention. 
-Mars 2019, second envoi aux mêmes châteaux par les mêmes travailleurs des vignes, cette fois en RAR. 
-Tout début mai 2019, envoi en RAR d’un courrier aux châteaux en question, mais cette fois au nom du Collectif Info Médoc Pesticides signé donc par moi même. 
-Peu de temps après, réponse reçue d’un château de Pauillac, qui écrit ceci : 
« Nous vous demandons de nous fournir toutes informations concernant la forme d’exercice de ce « collectif », et sur l’identité des personnes physiques qui en sont responsables, car son site internet apparaît non conforme puisque les mentions légales permettant d’identifier le directeur de publication sont inexistantes ». 
-Juste après la réception de ce courrier, apparition du refus de la Poste de me remettre les RAR au nom du Collectif. 
-Début juillet 2019, je fais une réclamation concernant la réception de mon courrier, je reçois aussitôt un mail en attestant et où il est écrit que j’aurai un retour d’ici le 05 juillet, je n’ai à ce jour rien reçu. 
-La personne au guichet du bureau de poste de Listrac, refuse de me remettre les RAR au nom du Collectif en s’appuyant sur la décision de la responsable du bureau de poste de Castelnau, qu’à ce jour je n’ai pas pu rencontrer, alors que je demande depuis un mois. Tout comme j’avais demandé que cette responsable m’adresse un courrier postal ou par mail m’informant de cette décision et de sa base légale. Toujours rien reçu. 
-A Castelnau, il nous est dit que cette responsable gérerait la partie financière et non postale, donc elle ne serait pas compétente pour nous répondre mais elle l’est pour prendre une décision.
-Quand ce matin, un monsieur au guichet de Castelnau prend l’initiative d’adresser un mail au déontologue et nous renvoie vers Listrac, pour tenter un enregistrement de nos noms comme réceptionnaires des RAR au nom du Collectif, la personne au guichet de Listrac, le juge incompétent. 
-Quand la fameuse responsable m’appelle ce midi, pour enfin me rencontrer (même si elle estime que ce ne sera pas utile), elle me dit « pourquoi n’avez vous pas pris rdv avec moi ? ). 
-Les difficultés de réception de mon courrier, sont toujours d’actualité à ce jour.

 

Affaire à suivre,
Marie-Lys Bibeyran.

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actualité

Un commentaire

  1. René

    8 août 2019 à 20 h 28 min

    On savait que les Mairies, Gendarmeries étaient vendues aux lobbys phytopharma tout comme notre justice. A présent c’est au tour de la poste ^^

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Pourquoi les petits élevages porcins bio ne connaissent ni la crise ni l’endettement

PAR TIFFANY BLANDIN 4 NOVEMBRE 2015 Leur semaine de travail se rapproche des 35 heures, il…