Partie d’un groupe de faucheurs volontaires d’Ariège en avril 2018, la Campagne Glyphosate faisait escale dans le Médoc en juin dernier. Ce sont alors 44 volontaires qui se sont soumis à ces analyses d’urine, pour y faire détecter et doser leur taux de glyphosate*, moyennant paiement de la somme de 85€ pour l’analyse seule ou 135€ si dépôt de plainte. Herbicide de synthèse, pesticide le plus utilisé en France et dans le Monde, reconnu Cancérigène pour l’Homme par le Comité International de Recherche sur le Cancer en 2015,  avant d’être blanchi de tout soupçon par l’EFSA s’appuyant sur les Monsanto Papers*, le glyphosate est devenu le symbole de la lutte anti pesticides. Si en France, la Campagne Glyphosate bat le pavé de départements en départements, avec à ce jour plus de 1505 plaintes déposée au Pôle de Santé Publique du Parquet de Paris, aux Etats Unis ce sont plus de 18 000 plaintes* qui attendent Bayer-Monsanto. 

Des résultats unanimes. Dans le Médoc comme partout ailleurs, tous les participants ont du glyphosate dans leurs urines et donc dans leur organisme. Qu’ils soient à proximité immédiate ou plus éloignés de champs ou de vignes, qu’ils consomment Bio ou pas, qu’ils soient jeunes y compris très jeunes ou âgés, urbains ou ruraux, tous sont contaminés ! A des taux plus ou moins élevés, sur 5300 analyses réalisées pour la France, la moyenne nationale est de 1.2 ng/ml, avec 3 personnes sous le seuil de détection qui est de 0.075 ng/ml  et un maximum détecté de  7 ng/ml !  Quand dans le même temps, le taux de glyphosate dans l’eau du robinet ne doit pas dépasser 0.1 ng/ml selon un arrêté du 11 janvier 2007* relatif aux limites et références de qualité des eaux destinées à la consommation humaine.

Les participants à la séance de prélèvement du mois de juin en la salle des fêtes de Cussac, ont un taux qui va de 0.24 ng/ml à  3.17 ng/ml, avec une moyenne de 0.9 ng/ml. Difficile d’expliquer précisément toutes ces données, qui  reflètent l’exposition des jours précédents le prélèvement. Ce qui est indéniable et inquiétant c’est la contamination générale. 

Les plus jeunes, particulièrement touchés. Sur le territoire médocain comme dans d’autres localités dont par exemple Belle Ile en Mer*, ce sont les enfants qui ont les taux plus élevés. 2.23mg/l pour Simon à Belle Ile, 3.17mg/l pour Nathan à Cussac, dans le même temps leur parent ayant participé au test présente un taux plus faible. « Les raisons ne sont pas très clairesbien que la masse corporelle plus faible des enfants et leur proximité plus importante avec le sol, et donc un contact plus étroit avec la terre, et la végétation, qui a pu être traitée, puissent contribuer » à cette différence explique Emanuela Taioli, directrice de l’Institut d’épidémiologie translationnelle de l’Icahn School of Medicine at Mount Sinai (New York), coauteure d’une récente synthèse des données disponibles sur le sujet, publiée dans la revue Environmental HealthD’autant plus source d’inquiétude que les enfants sont plus vulnérables aux effets des pesticides, du fait de leur organisme en formation. 

S’il est possible et moins cher de ne participer qu’à l’analyse sans aller jusqu’au dépôt de plainte, la majorité des volontaires franchissent ce cap supplémentaire. Ils signent alors une plainte dont la teneur est identique, mis à part le taux détecté – la démarche n’en reste pas moins individuelle, l’action collective pour question de santé n’existant pas en France – pour « mise en danger de la vie d’autrui, tromperie et atteintes à l’environnement » qui sera déposée au greffe du Tribunal de Grande Instance dont ils dépendent géographiquement et envoyée au Pôle de Santé Publique du Parquet de Paris. Sont ici visés les fabricants et tous les acteurs de l’Autorisation de Mise sur le Marché. 

Pour celles ceux n’ayant pas eu l’opportunité de participer, d’autres séances de prélèvements sont prévues en Gironde, notamment à Libourne, Langon, la Teste de Buch, Le Haillan.

Prendre contact à l’adresse mail suivante : Campagne.glyphosate33@orange.fr

Marie-Lys Bibeyran, pour le Collectif Info Médoc Pesticides.

 

 

http://infomedocpesticides.fr/2019/03/22/note-docteur-paul-bousquet-sur-glyphosate/ 

   http://infomedocpesticides.fr/2019/03/22/etude-sur-lien-entre-glyphosate-et-lymphome-non-hodgkinien/

   http://infomedocpesticides.fr/2019/03/20/glyphosate-etat-des-lieux-dun-crime-organise/

https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/01/15/glyphosate-l-expertise-de-l-ue-minee-par-le-plagiat_5409233_3244.html

https://www.marianne.net/monde/bayer-plaintes-etats-unis-herbicide-glyphosate-roundup-monsanto

*  https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000465574

*  https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/08/28/les-enfants-plus-exposes-que-les-adultes-au-glyphosate-d-apres-les-analyses-d-urines_5503746_3244.html

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actualité

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Roses, gare aux bouquets de pesticides

Thinkstock Lucile VIVAT Avec l’approche de la Saint-Valentin, le bouquet de roses vo…