Les pesticides et le remous politique qu’ils provoquent occupent le premier rang de l’actualité estivale. Si l’on pourrait s’en réjouir, parler n’a jamais été agir et encore moins interdire.

Le Collectif Info Médoc Pesticides soutient les nombreuses municipalités qui prennent des arrêtés interdisant les pesticides issus de la chimie de synthèse, de Langouët à Parempuyre en passant par Saint Eloi de Fourques, c’est une trentaine de maires qui via ces arrêtés se substituent à l’inertie nationale, voir ici : https://nousvoulonsdescoquelicots.org/2019/08/30/ces-maires-qui-combattent-les-pesticides/

Cependant, un arrêté n’est pas l’autre. Si celui de Daniel Cueff, maire de Langouët interdit toute application de pesticides issus de la chimie de synthèse classés, à moins de 150m de toute parcelle cadastrale abritant habitation ou bâtiment professionnel, il autorise donc sur cette même surface les pesticides non classés ou les produits homologués pour l’agriculture biologique. Tandis que celui de Mme Béatrice de François, maire de Parempuyre interdit l’application de tout pesticide issu de la chimie de synthèse et tout produit homologué pour la viticulture biologique, n’autorisant que les préparations naturelles peu préoccupantes, substances de base ou naturelles à usage biostimulant. Si le Collectif Info Médoc Pesticides soutient ces dispositifs, il tient à attirer l’attention sur la nécessité de barrer la route à une agriculture humainement et économiquement mortifère tout en encourageant, donc sans entraver, la pratique de l’agriculture biologique, première alternative à l’utilisation de pesticides de synthèse. 

Est du même ordre le débat entre Zones Non Traitées (ZNT) et Zones de Traitement Aménagé (ZTA). Tandis que les premières interdisent toute application de pesticides et de produits homologués pour l’agriculture biologique, les secondes au contraire, restreignent l’application de produits à ceux de l’agriculture bio ou biodynamique. L’objectif des associations et collectifs de lutte contre les pesticides de synthèse n’ayant jamais été de condamner toute activité agricole, ce sont bien évidemment les ZTA qui sont défendues par le Collectif Info Médoc Pesticides, comme nous l’indiquions déjà en 2016 : http://infomedocpesticides.fr/2016/10/29/position-du-collectif-info-medoc-pesticides-sur-les-zones-non-traitees-znt/

La FNSEA n’a pas tardé à réagir ! Déterminée à couper la route à ces maires qui prennent leurs responsabilités de garants de la sécurité et de la santé de leurs administrés et décidée à dicter ses propres directives pour l’écriture des chartes départementales, prévues par la loi EGALIM, et la réécriture de l’arrêté du 04 mai 2017 annulé par le Conseil d’Etat. 

Tout en gardant bien à l’esprit que l’objectif final est l’interdiction des pesticides, donc ces Zones de Traitement Aménagés  ne doivent constituer qu’une étape vers une agriculture exempte de pesticides de synthèse, surtout pas une fin en soi. Le seul vrai débat qui doit avoir lieu et que réclament les organisations militantes depuis le début de leurs engagements anti pesticides, c’est celui sur la nature des produits. Une haie, un filet anti pesticides, des horaires soit disant adaptées, des distances de « sécurité » plus ou moins conséquentes, ne font que légitimer l’utilisation de pesticides de synthèse classés ou pas, sous prétexte que des mesures de précaution seraient prises…Mais quid de la pollution des sols, de l’eau, de l’air ?!

Autant dire que c’est une rentrée très chargée qui nous attend, une rentrée au cours de laquelle nous aurons besoin de chacun d’entre vous, de réactivité et de vigilance. 

Marie-Lys Bibeyran.

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actualité

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Album photo de la Marche blanche du 14 février 2016 contre les pesticides !