Vous trouverez ci-dessous copie du courrier publié dans le Journal du Médoc du vendredi 19 octobre, et signé par Mr Jean-Claude Boniface. Ingénieur de l’ENITA et ex directeur technique du château Clarke à Listrac-Médoc. Au dessous de ce courrier; veuillez trouver ma réponse, publiée dans le Journal du Médoc paru vendredi 26 octobre. 

img003 img004

Ma réponse au courrier JC Boniface

 

 

 

 

 

 

Il est aisé lorsqu’on n’est pas soi-même riverain ni travailleur des vignes, d’appréhender la prophylaxie du seul point de vue technique. Sans considération de l’impact humain et environnemental. Si l’année 2018 fut un cru record en matière d’attaques de mildiou ; c’est tous les jours que l’impact des pesticides sur la santé, ainsi que sur la faune et la flore dépasse les prévisions les plus sombres. C’est la survie de la vigne elle-même, que ce printemps silencieux décrit par Rachel Carson en 1962, hypothèque. Face à un constat sans appel des dégâts sanitaires et environnementaux causés par les pesticides de synthèse, panser les plaies à coup d’armes chimiques peut-il être la solution?!
Durant cette saison 2018, les vignobles cultivés biologiquement ont souffert des attaques de mildiou c’est un fait, mais ceux arrosés de fongicides chimiques n’ont pas pour autant été épargnés. Peut-être des problèmes de positionnement, mais aussi la preuve incontestable des limites de la chimie. La résistance aux molécules connue pour les antibiotiques, fonctionne à l’identique pour les pesticides, avec la tentation de se tourner vers des produits toujours plus concentrés et plus toxiques. Un cercle aussi vicieux que dévastateur.
Quelle logique y-at-il à traiter la vigne toujours plus et plus souvent pour produire un vin qui s’en trouve dévalorisé ?! Les chiffres sont clairs, les ventes de vin biologique explosent.
Le consommateur lorsqu’il achètera du vin 2018, ne se demandera pas si le vignoble a souffert ou pas du mildiou il cherchera le logo AB…
Marie-Lys Bibeyran.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actualités

Un commentaire

  1. BONIFACE

    20 janvier 2019 à 13 h 08 min

    Madame
    Une fois encore vos propos malodorants et MENSONGERS polluent le WEB.
    Fausses affirmations, rengaines répétées et violentes, etc etc.
    L’article que j’ai écrit ne concernant QUE LES ASPECTS TECHNIQUES de la lutte contre le Mildiou, RIEN D’AUTRE.
    Je ne suis qu’un technicien et non pas une Passonaria de comptoir qui abreuve de Web de haine car c’est bien de haine qu’il s’agit contre la société. C’est une haine de « ratée », qui en veut contre la terre entière d’avoir été déboutée par le tribunal en 1 ière instance ET en appel.
    Pour les détails:
    - J’ai lu LE PRINTEMPS SILENCIEUX lorsque j’avais 10 ans
    - la résistance aux pesticides ne concerne que certaines familles et n’a rien de comparable avec les résistances aux antibiotiques
    - Le propriétés qui ont employé des moyens conventionnels en 2018 s’en sont nettement mieux tirées que celles conduites en BIO!
    - Je ne dénonce pas le BIO mais j’ai écrit qu’aujourd’hui, le BIO n’est pas la solution miracle pour combattre les maladies de la vigne et qu’il expose le viticulteur à des risques économiques lesquels peuvent mettre en péril son exploitation!
    Personne ne peut affirmer le contraire de ce que j’ai dit et votre intégrisme puant n’apporte aucune réponse aux problèmes de la protection phytosanitaire du vignoble! C’est trop facile de dénoncer sans apporter de solutions (quand les problèmes ne sont pas virtuels mais réels) et c’est rare.
    Votre objectif revanchard est réellement de faire crever les viticulteurs car vous avez une haine profonde contre eux qui savent qui vous êtes et ce que vous cherchez: casser la machine économique du Médoc. Ce que souhaite également vos amis les communistes de Mr LEBOT puisque cela a toujours été la stratégie de ce parti politique aujourd’hui ultra minoritaire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Perturbateurs endocriniens: pourquoi vous devriez vous intéresser à ces molécules chimiques qui sont partout

Le HuffPost  | Publication: 14/03/2015 09h31 CET Mis à jour: 14/03/2015 09h31 CET SANTÉ &#…