31 mai 2011 – Ouverture de la procédure en reconnaissance de maladie professionnelle au nom de Denis Bibeyran. Mon frère.
9 années de luttes sur le terrain contre ce qui l’a tué : les pesticides de synthèse, la collusion des pouvoirs publics avec les firmes pharmaceutiques, la lâcheté et la complicité de ceux qui savaient.
9 ans après, je ne changerai rien, je recommencerai sans hésiter.
9 ans d’ascenseur émotionnel, de belles rencontres, de lâchetés, de trahisons, d’avancées, de soutiens, d’encouragements, d’optimisme et de déceptions.
9 ans de colère.Toujours présente.
Mais point de haine.
Durant ces 9 années, mon frère a toujours été mon fil rouge. Lui rendre son honneur de travailleur des vignes victime de ceux qui pour quelques billets de plus ont remis son sort entre les mains de marchands de mort, a toujours été ma volonté.
9 ans de jugements, de critiques, d ‘attaques, de Yakafaucon, si prompts à se mettre à ma place mais qui n’ont aucune idée de ce qu’est ma place.
Denis avait un frère et une sœur, ni plus ni moins.
Personne ne peut parler à ma place, parce que personne ne peut parler de ma place.
Plus de 10 ans après sa mort, si lointaine pour quelques uns, si présente pour d’autres, ne pas oublier qu’à l’origine d’une lutte qui peut plaire ou déplaire, il y a la mort d’un homme.
Un travailleur des vignes.
Rien qu’un travailleur des vignes parmi tant d’autres,
Mon frère.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Affaire Denis Bibeyran

Laisser un commentaire

Consulter aussi

« Route des châteaux = couloir de la pauvreté….et esclavage ».

Jeudi 1er septembre, j’avais rendez-vous avec Monique Escorne, au nom du Collectif I…