La nouvelle a été annoncée dans la presse début février, la direction de la cave coopérative de Rauzan, a écrit à ses adhérents pour leur demander de ne plus utiliser de pesticides classés Cancérigènes, Mutagènes, Reprotoxiques (dits CMR). 

Ce n’est pas encore la transition vers le Bio, mais c’est un pas important lorsqu’on sait la proportion que cela peut représenter à l’échelle d’une cave coopérative (3600 hectares) et compte tenu que l’Interprofession (CIVB) freine elle des 4 fers, pour retarder cette mesure salvatrice pour les consommateurs, la population exposée aux pesticides et le marché des vins de Bordeaux.

Rappelons que ces molécules classées CMR, le sont parce qu’elles provoquent des pathologies telles que des cancers, des mutations génétiques, des problèmes de fertilité, peuvent nuire au foetus etc…Toute suppression de leur utilisation doit être saluée et encouragée mais ne peut constituer une fin en soi.

C’est bien le recours à la totalité des pesticides de synthèse qui doit être supprimé. Les ventes de vins de Bordeaux connaissent un fléchissement important, peut-être l’élément déclencheur ? 

 

 

 

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actualité

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Pesticides: la carte de la France toxique

Vote européen sur le glyphosate, scandales sanitaires et écologiques, remise en cause du m…