Le terme de pesticides est entré dans le langage courant ces dernières années, avec la médiatisation de leur dangerosité via notamment l’émergence de procédures engagées par des victimes ou familles de victimes. Mais combien parmi les consommateurs et les personnes exposées ou intéressées mais non spécialistes, savent ce qui se cache précisément derrière cette dénomination ? Utilisés en agriculture, les insecticides (destinés à lutter contre les insectes dits parasites des cultures), fongicides (pour combattre les maladies dites cryptogamiques = causées par des champignons) et herbicides (pour éliminer les herbes dites »mauvaises ») sont des pesticides, tout comme par exemple les acaricides…destinés à tuer  les acariens, les raticides destinés à tuer les rats. C’est bien de cela dont il s’agit, comme le désigne le suffixe -cide, un pesti-cide a vocation à tuer. Les dénominations « produits phytosanitaires », « produits phytopharmaceutiques » ou « produits pour la protection voire la santé des plantes  » destinées à masquer cette vocation mortifère désignent exactement la même chose que « pesticides », et sont le fruit d’une volonté des laboratoires fabricants de rassurer. A noter que les produits ménagers chimiques, style Cillit Bang et tous les insecticides vous aidant à lutter contre les moustiques etc… bien que répondant au terme de « biocides » sont ni plus ni moins des pesticides, d’usage domestique. 

Une volonté des fabricants de rassurer. Au moment où les consommateurs ont commencé à s’intéresser à la notion de développement durable et à s’interroger sur la soi disant innocuité des pesticides, les fabricants ont pris soin d’anticiper toute défiance via une évolution de vocabulaire. Ou comment faire passer un produit destiné à l’origine à tuer pour un médicament. Si ces produits chimiques auraient véritablement eu pour cibles que les parasites désignés, cette édulcoration sémantique aurait-elle paru nécessaire ?!

Le véritable champ d’action des pesticides. Ces produits chimiques présentés par leurs fabricants comme indispensables pour nourrir le Monde et donc comme salvateurs, ne le sont que pour ceux qui en vivent en nous en faisant mourir. Comme écrit au début de cet article, le terme de « pesticides » est connu du grand public depuis très récemment, mais leurs effets eux sont connus depuis très longtemps. Dès 1962 une biologiste américaine du nom de Rachel Carson tirait la sonnette d’alarme sur leurs effets dévastateurs pour l »Homme et l’Environnement, dans un best seller au titre prémonitoire de « Printemps Silencieux ». En 1955, était connu le caractère de poison pour l’Homme, de l’arsénite de sodium, la Grande Bretagne l’interdisant en 1961. Même si la France attendra fin 2001, pour l’interdire, le caractère mortifère des pesticides au delà de leur cible désignée, est su d’un cercle fermé de complices et de négligents y compris dans les plus hautes sphères de l’Etat, là même où ils sont autorisés.

Une dangerosité sans surprise au vu de l’origine de ces poisons légaux. Comme vous pouvez le lire plus en détail ici http://infomedocpesticides.fr/2014/11/08/les-gaz-de-combat-de-la-premiere-guerre-mondiale-a-lorigine-des-pesticides/  et ici http://alertepesticideshautegironde.fr/la-prise-de-pouvoir-des-phytogeneticiens-1950-ou-40/, les pesticides sont nés des deux guerres mondiales. De l’assassinat des soldats lors de la bataille de Ypres(Belgique) en 1915 avec le chlore, alors premiers essais de Fritz Haber, à la réalisation du gaz moutarde, jusqu’à l’expression de tout son talent et toute sa perversité à travers le gaz Zyklon B, servant à l’extermination des juifs, les gaz de combat ont fait le lit des pesticides agricoles que nous connaissons aujourd’hui et qui sèment toujours la mort. Avec autorisation. Les fabricants de pesticides  aujourd’hui connus sous les noms de Monsanto (racheté par l’aussi célèbre Bayer), Basf, Syngenta, Dow Chemical… sont d’ailleurs pour la plupart nés de la dissolution de la multinationale IG Farben, pièce maîtresse de l’accession au pouvoir d’Hitler et de la « solution finale ».  

Pesticides : des millions de mort sur autorisation. La mise sur le marché d’un pesticide est le fruit d’une double autorisation. Composé d’une substance active identifiée et qui est elle autorisée au niveau européen par l’EFSA, l’agence européenne de sécurité sanitaire, et de coformulants ( destinés à optimiser les effets du pesticide) couverts par le secret industriel, le pesticide tel qu’il est vendu et utilisé, est lui autorisé par l’agence de sécurité sanitaire de chaque état membre, en France l’Anses. Ces Autorisations de Mise sur le Marché(AMM) sont délivrées sur la base d’études mais uniquement celles fournies et financées par le fabricant, lui-même, et en toute méconnaissance de la composition exacte du pesticide (puisque les coformulants sont gardés secrets..). C’est-à-dire que le pesticide n’a jamais été testé tel qu’il est autorisé, vendu et utilisé ! Nous avons vu notamment avec l’affaire des Monsanto Papers*, les déviances de l’industrie phytopharmaceutique et les graves manquements et fautes de ces agences de sécurité sanitaire, totalement aux mains des lobbies.  

C’est une certitude, nous sommes victimes d’un empoisonnement généralisé autorisé auquel il est vain d’espérer échapper. Tout au plus pouvons nous tenter d’en limiter l’impact sur notre santé et la vie de nos enfants, via une alimentation biologique et un éloignement des sources de pollution majeures telles que les zones agricoles. Tout en gardant à l’esprit que l’air ne connait pas de frontières…. 

* https://reporterre.net/Celles-qui-ont-revele-les-Monsanto-papers-racontent-comment-Monsanto-triche-13327

Pour en savoir plus sur les catégories de pesticides parmi les plus dangereux :

- CMR : http://alertepesticideshautegironde.fr/les-cmr-cest-fini/

- Perturbateurs endocriniens : https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/perturbateurs-endocriniens

- SDHI : https://www.generations-futures.fr/wp-content/uploads/2018/04/conf-de-presse-sdhi-230418.pdf

 

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Pesticides : De quoi on parle ?

3 Commentaires

  1. Lydie PROD'HOMME

    19 février 2019 à 10 h 27 min

    quelqu’un me rappelait hier que Monsanto a testé ses produits pour déforester le Vietnam lors de la guerre du même nom, avec toutes les conséquences humaines que nous connaissons…..et ce sont les mêmes que certains utilisent dans nos champs.

    Répondre

  2. KERROUX Brigitte

    17 février 2019 à 18 h 06 min

    Mille fois merci pour votre ténacité à dénoncer les pratiques agricoles mortifères. Nous avons perdu le bon sens paysan. Nous pourrions nous décourager face à la puissance de l’industrie agrochimique mais nous n’avons pas le droit pour les générations futures.Comment agir ? Heureusement , pour une fois grâce aux réseaux sociaux l’information circule vite.

    Répondre

  3. Lapeyre

    11 février 2019 à 8 h 32 min

    Bonjour
    Je suis tellemnt désolée ! Et je tiens à vous remercier pour votre courage qui permettra, croyons-le, à d’autres de se défendre ou de réclamer justice.
    Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Cent ans après, la « Grande Guerre » fauche toujours: Pesticides.

L’ombre de Fritz Haber plane toujours sur nos plaines… 11 NOVEMBRE 2014 |  PAR POL Photos …