Vous m’avez interpelé sur le rejet par l’Assemblée nationale de l’inscription dans la loi de l’interdiction, sous trois ans, du glyphosate.

 

Concernant mon absence de l’hémicycle au moment du vote, je tiens à vous préciser que la discussion sur cet amendement est intervenue dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 mai. J’étais alors sur ma circonscription où j’accueillais le mardi matin le Préfet de région, pour aller à la rencontre des agriculteurs et viticulteurs sinistrés par les évènements climatiques du 26 mai.

 

En revanche, pour votre information, j’ai siégé du vendredi 25 au dimanche 27 mai au soir à l’Assemblée lors de l’étude de la loi agricole et alimentation, pour défendre un amendement que j’avais déposé sur la CET, visant à renforcer le soutien aux exploitants mettant en place des pratiques respectueuses de l’environnement. S’agissant du vote au sujet du glyphosate, il est important de savoir qu’il ne portait pas sur son interdiction ou sa non-interdiction dans trois ans, mais uniquement sur son inscription dans la loi,  cet objectif est bien évidemment porté par la majorité et le Gouvernement.

 

En novembre 2017, la Commission européenne a proposé le renouvellement de son autorisation, dans le cadre de la procédure de réexamen de la substance. Rappelons que c’est la détermination et la position forte de la France, avec d’autres Etats membres de l’Union européenne, qui a permis de diminuer sensiblement la durée de l’autorisation initialement proposée. La France a également demandé à ce que ce renouvellement soit assorti de restrictions d’usage et qu’un effort commun soit pris au niveau européen pour accélérer le développement d’alternatives au glyphosate, puisqu’il est essentiel que les mêmes règles s’appliquent pour tous les pays de l’UE.

 

Le Président de la République a souhaité fixer un objectif ambitieux et pragmatique : la mise en œuvre de l’ensemble des moyens pour sortir du glyphosate en trois ans, en permettant des dérogations lorsqu’il n’existe pas de solutions alternatives pour nos agriculteurs. Cet engagement sera tenu et la non-inscription dans la loi à ce jour ne le remet nullement en cause.

 

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a annoncé la mise en place d’une commission de suivi associant l’ensemble des parlementaires permettant d’évaluer à intervalles réguliers les solutions alternatives à cette molécule. Je serai ainsi particulièrement mobilisé pour m’assurer de l’état d’avancement de la recherche et de la science et des solutions concrètes qui peuvent être apportées ainsi que des engagements du monde agricole.

 

Enfin,  ainsi que le Gouvernement et le groupe LaREM s’y sont engagés publiquement, nous prendrons nos responsabilités en inscrivant cette interdiction dans la loi si les acteurs ne se saisissent pas du sujet dans le temps imparti.

 

En parallèle, et de manière plus générale, la majorité reste particulièrement mobilisée sur la réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques en France. Nous avons ainsi soutenu et adopté l’interdiction des remises, rabais et ristournes sur l’ensemble de ces produits ainsi que la séparation capitalistique des activités de vente et de conseil de ces produits. Ce projet de loi permet ainsi de mettre en œuvre des engagements forts du Président de la République.

 

L’objectif de sortie du glyphosate d’ici trois ans et, plus globalement, de réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques sont des objectifs partagés. Nous devons tout faire pour y parvenir en mobilisant la recherche, les instituts techniques et en étant aux côtés des professionnels du monde agricole.

 

Ainsi, soyez sûr qu’aux côtés de mes collègues députés du groupe La République En Marche, je continuerai à être vigilant et mobilisé pour l’application effective de la sortie du glyphosate dans trois ans.

 

Je vous prie de croire à l’expression de mes salutations les meilleures.

 

Benoit SIMIAN

Député de la 5e circonscription de la Gironde

Tel : 05 56 73 81 29

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actions / Evénements Collectif Info Médoc Pesticides

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Pesticides : l’arsénite de sodium, amiante de la vigne ?

1219 VISITES | 1 COMMENTAIRE Valérie Murat porte plainte contre X après le décès de son pè…