Le ton était donné dès le départ,  les membres du CIVB, Monsieur le Maire de Margaux et le Président de la CDC Médoc Estuaire, avaient la tribune. Pas de parole donnée au corps médical, à une association neutre géographiquement ( je ne fais donc pas allusion au Collectif Info Médoc Pesticides), pour une présentation objective des effets des pesticides !

Parce que d’effets il n’y a quasiment pas ! si on en croit leur parole…

Un petit résumé : 

-le glyphosate n’est pas cancérigène,

-il n’y a que des produits potentiellement cancérigènes mais nous n’avons pas de preuves, 

-les riverains, sportifs etc…peuvent aller se promener ou pratiquer un sport dans des vignes venant d’être traitées, cela est sans risque,

-le délai de rentrée, n’a pas à s’appliquer à des enfants, dont l’école jouxte les vignes, c’est sans danger !!!

-si les pesticides étaient si dangereux que cela, nous aurions une épidémiologie très forte, 

Avec ma camarade du Collectif Monique Escorne et Valérie Murat d’Alerte aux Toxiques, nous sommes intervenues pour contrebalancer ces propos, constitutifs à mon sens, de mise ne danger de la vie d’autrui.

Pour ma part j’ai rappelé que si des efforts sont effectivement réalisés, du temps et de l’énergie dépensés, de l’argent investi, c’est de manière totalement improductive. Suite à leur intervention, je me pose toujours la question de savoir, quelles mesures sont mises en place pour assurer la protection des populations ? ! J’ai rappelé, l’exposition et la contamination des travailleurs des vignes, via les tâches de rentrée. J’ai cité des chiffres de vente des pesticides, pour la Gironde en 2016, selon les données de la Banque Nationale de Vente des Pesticides aux Distributeurs. J’ai rappelé également deux dispositions : le règlement européen du 21 octobre 2009 sur l’information des groupes vulnérables et le décret du 27 mai 1987 sur l’exposition des travailleurs. En seconde intervention, j’ai répondu aux propos de Monsieur le Maire de Margaux sur le poids économique de la viticulture. Indiquant que les CDI cèdent la place aux CDD, Contrats saisonniers et aux entreprises prestataires de services agricoles, la viticulture ne faisant plus vivre le territoire du Médoc depuis déjà longtemps. La délocalisation de la main d’oeuvre, faute de pouvoir délocaliser l’activité, étant un merveilleux moyen de pression sur les populations.

Je regrette que les membres du public ne soient pas davantage intervenus et la faible présence de particuliers, de parents etc…face à une forte représentation du monde viticole.

Quelques clichés signés Jean Bottaro.

30 W 01 W 03 W 13 W 16 W 19 W 21 W

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actualités

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Un enfant américain sur 2 pourrait souffrir d’autisme d’ici 10 ans

Une chercheuse du célèbre MIT (Institut universitaire du Massachussets) vient de faire une…