Près des trois quarts des fruits testés portent des traces de pesticides quantifiables.Photo Philippe Huguen. AFP

L’ONG Générations futures pointe, à partir d’échantillons, les teneurs en pesticides des fruits et légumes non biologiques présents sur le marché français.

  • Le raisin et le céleri branche, champions des pesticides

Après avoir révélé la présence d’un herbicide dans nos assiettes, l’ONG Générations futures publie ce mardi un nouveau rapport sur les taux de contamination par les résidus de pesticides des principaux fruits et légumes de l’agriculture conventionnelle vendus et consommés en France, toutes filières confondues. Une première. Et les résultats sont édifiants. Sur les 19 catégories de fruits analysées pendant quatre voire cinq années, près des trois quarts portent des traces de pesticides quantifiables, contre 41% des légumes.

Dans le top 5 des fruits les plus «pollués» : le raisin dont 89% des échantillons contiennent des résidus de pesticides mesurés, suivi des clémentines et mandarines (88,4%), des cerises (87,7%), des pamplemousses et pomelos (85,7%) et des fraises (83%). Du côté des légumes, la palme revient au céleri branche (84,6%), suivent les herbes fraîches (74,5%), les endives (72,7%), les céleris-raves (71,7%) et les laitues (65,8%). Parmi les moins contaminés, on retiendra les avocats (23,1%), les kiwis (27,1%) ou encore le maïs (1,9%) et les asperges (3,2%).

Le raisin et le céleri branche, champions des pesticides dans Actualités

Pour obtenir ces résultats, l’association n’a pas mené ses propres contrôles, contrairement à son enquête précédente sur le glyphosate. Elle s’est basée sur les chiffres des plans de surveillance réalisés par la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) de 2012 à 2016. «Toutes les données étaient là, nous les avons seulement mises en perspective et on en a tiré ce rapport», précise François Veillerette, directeur et porte-parole de Générations futures.

A LIRE AUSSIGlyphosate, un herbicide dans nos assiettes

Autre critère d’analyse : les échantillons contenant des résidus de pesticides supérieurs aux LMR (Limites maximales de résidu), harmonisées au niveau européen. Les LMR définissent les niveaux de résidus de pesticides autorisés légalement et censés être sans risque pour la santé même si cette quantité est consommée chaque jour toute la vie de l’individu, précise le site du ministère de l’Agriculture. Et là, on se rend compte que les résultats obtenus divergent quelque peu des premiers. Avec 6,6% des échantillons dépassant les LMR sur cinq ans, les cerises prennent la tête du classement des fruits en infraction. Arrivent les mangues et papayes (4,8%), les oranges (4,4%) – également 3e fruit le plus consommé par les Français –, et les kiwis (4,1%) dont pourtant 27,1% des échantillons «seulement» présentent, de base, des traces de pesticides. Une contradiction ? «Pas forcément», estime François Veillerette qui songe plutôt à un problème d’importation de certaines filières plus sujettes aux pesticides que d’autres.

Des résultats incomplets

Si le rapport donne une vision globale de la contamination par les résidus de pesticides des fruits et légumes, il convient d’en préciser les lacunes. Les données de la DGCCRF portent uniquement sur les résidus quantifiés. Les résidus détectés mais non quantifiables, eux, ne sont pas pris en compte, bien qu’ils soient présents dans l’échantillon en question.«On peut donc considérer que les résultats présentés ignorent une partie des résidus réellement présents», indique Générations futures dans son état des lieux.

Désormais, pour François Veillerette, la priorité réside dans l’affichage des produits complets utilisés pendant la culture. Une demande faite lors des Etats généraux de l’alimentation mais restée vaine.

En attendant, le gouvernement doit prochainement présenter son plan d’actions de réduction des produits phytosanitaires dont la concertation a débuté le 19 janvier.

Aurore Coulaud

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actualités

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le Collectif Info Médoc Pesticides interpelle son député, interpellez le votre !

Suite au rejet par les Députés de l’interdiction du glyphosate,  le Collectif Info M…