En collaboration avec l’association Eva Pour La Vie, le Collectif Info Médoc Pesticides a réalisé une analyse de poussières prélevées dans des habitations et une salle de classe du Médoc.

Les résultats sont sans appel. 100% des lieux testés sont contaminés par des pesticides viticoles, et dans chaque lieu sont détectés des résidus cancérigènes, reprotoxiques et perturbateurs endocriniens, y compris des molécules interdites (diuron, metalaxyl, mepanipyrim, flusilazole)

Ce sont entre 11 et 21 résidus qui sont présents dans chaque lieu.

Dans les habitations situées entre 5m et 500m des vignes, sont détectés en moyenne 11 reprotoxiques, 6 cancérigènes et 5 perturbateurs endocriniens.

Dans la salle de classe de l’école primaire de Listrac-Médoc sont détectés 15 résidus de pesticides dont 10 reprotoxiques, 6 cancérigènes et 4 perturbateurs endocriniens. 3 molécules interdites également : Mepanipyrim interdit depuis avril 2017, metalaxyl interdit depuis 2005 et diuron interdit depuis 2008.

Les riverains participants ont répondu à un questionnaire afin de bien connaître leurs hypothétiques utilisations personnelles de produits chimiques, il en ressort que les  molécules détectées ne proviennent que d’un usage viticole.

Le but du Collectif Info Médoc Pesticides et d’Eva Pour La Vie est d’obtenir la prise de mesures concrètes d’urgence, pour une protection efficace et optimale des populations.

Nous sommes à la disposition des personnes souhaitant des informations complémentaires.

Marie-Lys Bibeyran.

 

Rapport Enquete HAPPI-page-001Rapport Enquete HAPPI-page-002Rapport Enquete HAPPI-page-003Rapport Enquete HAPPI-page-004Rapport Enquete HAPPI-page-005Rapport Enquete HAPPI-page-006Rapport Enquete HAPPI-page-007Rapport Enquete HAPPI-page-008Rapport Enquete HAPPI-page-009Rapport Enquete HAPPI-page-010Rapport Enquete HAPPI-page-011Rapport Enquete HAPPI-page-012Rapport Enquete HAPPI-page-013

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actualités

4 Commentaires

  1. Lambert

    2 mars 2018 à 22 h 50 min

    Bonjour,
    Votre article m’inquiete, je dois mettre mon enfant en septembre a la maternelle et tout ceci m’interpelle quelles sont les mesures prises par rapport à tout ceci il y a t-il des évolutions ?

    Répondre

  2. cancerjemesoigne

    16 février 2018 à 21 h 16 min

    Bonsoir
    J’approuve 100% votre démanche…ce n’est que la prévention qui permettra de faire reculer la maladie, de respecter la planète et de permettre à nos enfants d’évoluer dans un milieu adapté à une vie saine.
    Cordialement
    http://www.cancerjemesoigne.unblog.fr

    Dernière publication sur cancer je me soigne : yuka y'a plus ka

    Répondre

  3. J-Paul Bourdin - Eq MdF Loire et Vienne

    16 février 2018 à 14 h 08 min

    Eh oui ! Habitant dans le Bourgueillois (Touraine) On peut craindre la même chose… Le nombre croissant d’exploitations en bio ou en culture raisonnée nous obligent à rester optimistes…
    Des analyses aussi poussées que dans le médoc j’espère ne nous feraient elles pas regretter cet optimisme ?
    Le Bourgueillois est aussi bien trop éloigné de l’Espagne pour donner l’envie aux viticulteurs d’aller s’approvisionner en produit interdit dans ces pays européens les plus proches où la réglementation est plus laxiste…
    La vigne est un secteur économique et culturel important pour la france.
    Attention ! Vouloir des bonnes pratiques culturales n’est pas militer contre la viticulture.

    Répondre

Répondre à cancerjemesoigne Annuler la réponse.

Consulter aussi

Le CHU de Montpellier dénonce les pesticides à l’origine de pubertés précoces.

Les médecins du CHU de Montpellier (Hérault) voyaient 15 fillettes touchées par la puberté…