Les victimes des pesticides ont un visage.

Denis Bibeyran, salarié agricole dans les vignes listracaises, est décédé le 12 octobre 2009 après 10 mois de douleurs physiques et morales, dues à un cancer des voies biliaires intra hépatiques. Il avait 47 ans. Denis grandit dans une famille viscéralement liée à la viticulture listracaise, père maître de chai pendant 40 ans dans un grand château de la commune et dont le père travaillait déjà dans la même propriété, mère saisonnière agricole. C’est empreint de cette même passion que Denis pose ses pas dans ceux de ses parents.

Apprenti ouvrier agricole à 14 ans, salarié à 18 ans. Il n’a que 22 ans lorsqu’il est embauché dans la propriété viticole pour laquelle il travaille encore 24 ans plus tard, en 2008 lorsqu’il tombe malade.  Mais entre temps Denis avait de l’ambition, l’ambition de ne pas se contenter du sort habituellement dévolu aux  travailleurs des vignes médocains. Travailler oui mais pas sans retour, il travaillera pour acquérir ses propres vignes, avoir sa petite propriété à lui. Tout d’abord il reprend et fait prospérer les quelques milliers de pieds de vigne  appartenant à sa famille paternelle, puis à force de travail, de sueur et d’abnégation achète deux petites parcelles, et un chai pour que du pied de vigne jusqu’au verre, son vin soit uniquement le fruit de son travail et le reflet de sa passion.

Il a un rêve, suffisamment vivre de son vin pour pouvoir abandonner son emploi de salarié. Pour cela pas de weekend, pas de jours fériés, une seule semaine de vacances en plus de vingt ans, une force de travail incommensurable. Une telle passion viscérale pour ses vignes et son vin, que tout éloignement géographique lui est pénible. Sa vigne, son chai, son vin là est sa vie, là est son rêve. Un rêve en devenir lorsqu’à l’automne 2008 tombe le couperet de la maladie. Alors qu’il a tout construit, que la fin de ses échéances financières le libère, qu’il touche du bout des doigts ce pourquoi il a oublié de vivre pendant plus de vingt ans, le ciel de son avenir s’obscurcit.

Cancer des voies biliaires, cancer rare de diagnostic sombre. 10 mois d’espérance de vie sur le papier, 10 mois et un jour dans ce qui restait de vraie vie.

Sa vigne, il n’y reviendra plus que pour y puiser force et courage. La vigne a contribué à l’empoisonner, malgré le lien viscéral qui les unissait elle ne suffira pas à le sauver.

Il réunit ses minces capacités physiques et psychiques pour mener à bien ses dernières vendanges, et nous laisser avec la cuvée 2009 l’ultime témoignage de son art, un nectar à savourer sur le souvenir des instants partagés.

Il décède le 12 octobre 2009, deux semaines après la fin de ses vendanges, des suites d’une passion qui n’aurait pas dû être dangereuse, si de mauvaises âmes n’avaient pas parié sur la tête de ces Hommes de la Terre pour assouvir leur soif de dominer le Monde.

Denis Bibeyran était mon frère, des maris, des pères, sont morts de cette même passion.

Les victimes des pesticides ont un visage, unissons-nous pour que demain ce ne soit pas le vôtre.

 

Marie-Lys Bibeyran

Collectif Info Médoc Pesticides

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus