Aujourd’hui nous sommes là pour vous !

Pour empêcher des bureaucrates aux mains sales de leur collusion avec les fabricants et vendeurs des pesticides qui vous tuent à petit feu, ne vous obligent via un arrêté ministériel qui est en projet, à porter des Equipements de Protection Individuelle en lieu et place des délais de rentrée.
Délais dont nous savons aujourd’hui qu’ils ne sont pas suffisamment longs pour prétendre apporter un minimum de protection.
Les Equipements de Protection Individuelle sont quant à eux une parade, pour dédouaner de leur responsabilité ceux-là même qui fabriquent et vendent les pesticides, puisque ces EPI seront distribués entre autre par Bayer…et pour vous faire porter à vous travailleurs la responsabilité de votre contamination. Si demain vous êtes malade, ce sera uniquement de votre faute, vous n’aurez pas su vous protéger !
Je souhaite interpeller les employeurs parce que même si cet arrêté sordide voit le jour, ils ne seront pas exonérés de leur responsabilité inhérente à leur qualité, ils seront toujours responsables de la santé de leurs travailleurs et à ce titre soumis à une obligation de sécurité de résultat. C’est toujours eux personnellement qui seront susceptibles d’être poursuivis pour faute inexcusable, et pas les firmes, ni les agences sanitaires, ni la MSA.
Je souhaite interpeller la MSA qui n’a jamais joué son rôle d’organisme d’assurance maladie des travailleurs agricoles, nous ne la laisserons pas se laver les mains de sa responsabilité et de sa complicité avec les firmes sur le dos de la santé des travailleurs agricoles. Nous ne la laisserons pas faire porter sa propre responsabilité par les travailleurs agricoles, et faire obstacle aux procédures en reconnaissance de maladie professionnelle. Sachant qu’une victime pas reconnue est une victime qui n’existe pas, nous ne la laisserons pas faire croire qu’il n’y a pas de victimes professionnelles des pesticides et donc pas de problème des pesticides
Chers travailleurs agricoles, chers collègues,
Votre exposition aux pesticides et ses conséquences sur votre santé ne sont pas une fatalité, vous ne devez pas avoir à choisir entre votre santé et votre travail, vous ne devez pas avoir à choisir entre faire survivre votre famille et préserver votre santé. Votre vie n’est pas un soi-disant prix à payer pour avoir le droit de travailler, nous sommes là pour que vous ne soyez plus les victimes invisibles des pesticides, alors que vous en êtes les premières victimes.
La précarité provoquée par ceux qui n’ont pas intérêt à ce que vous preniez possession de vos droits, ne doit pas vous empêcher de signaler toute intoxication dont vous pourriez être victime. La reconnaissance de son statut de victime, c’est tout ce qui reste lorsque l’on a perdu son honneur de travailleur, et que son incapacité à travailler ne permet plus de subvenir aux besoins de sa famille, cette reconnaissance est un droit pas une faveur !
Aujourd’hui par cette action, nous vous prouvons que nous sommes là pour vous, pour vous représenter, pour vous accompagner, pour vous défendre.
Aujourd’hui nous vous demandons de reprendre confiance en vous, en votre pouvoir, et de nous faire confiance.
Nous luttons pour vous, avec vous, pas contre vous !

Marie-Lys Bibeyran
pour le Collectif Info Médoc Pesticides.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Conseils aux Travailleurs agricoles

15 Commentaires

  1. Guillard serge robin

    18 septembre 2018 à 12 h 17 min

    J’ai plein de graines de coquelicots!!!
    Vous en voulez ???

    Répondre

    • Marie-Lys Bibeyran

      18 septembre 2018 à 12 h 18 min

      Bonjour,

      Je veux bien oui mais où êtes vous situé ?

      Marie-Lys.

      Répondre

  2. A

    5 décembre 2016 à 23 h 08 min

    On the rond againd

    Répondre

  3. Georges B

    5 décembre 2016 à 12 h 57 min

    Bravo pour ce combat qui dénonce les excès auquel on est arrivé dans le domaine de la viticulture et de l’arboriculture entre autre.
    Faire reconnaitre la réalité à ceux qui n’ont pas été touchés est toujours aussi difficile….. mais on s’aperçoit que le nombre de ceux qui sont touchés ne cesse d’augmenter au fil des années. Et les professions médicales ne cachent plus la réalité des choses en ce qui concerne les maladies du sang.

    Courage et persévérance.
    http://www.gespoir.com

    Répondre

  4. Anonyme

    5 décembre 2016 à 10 h 44 min

    et pourquoi pas le tout bio ! les grands ceux qui décident je ne parle pas de ceux du gouvernement, eux ils obéissent aux lobbis, non je parle de ceux qui dirigent ceux qui tirent les ficelles les grandes banques et autres sociétés a grand capital si l’on en pendait quelque uns ça pourait peut être réfléchir les autres ???????

    Répondre

  5. Laurent

    5 décembre 2016 à 9 h 41 min

    Un grand bravo, à vous qui avez le courage de dénoncer toute cette mascarade.
    Arrêtons d’être fatalistes et réveillons-nous. Nous ne sommes pas des moutons, et ensembles nous avons un pouvoir inégalable. Il nous suffit de consommer mieux… Et ne me dites pas que c’est une affaire de moyens financiers individuels, mais juste des choix de consommation. Toute l’alimentation conventionnelle, industrielle (mais pas que) est produite par des agriculteurs subventionnés, pour permettre à chacun(e) de consommer beaucoup d’autres choses que ce qui est essentiel……la nourriture. Tout cela est orchestré et manipulatoire. Il faut juste en prendre conscience et ne plus acheter de vin conventionnel (ni aliments d’ailleurs), mais uniquement des vins Bio. Ainsi les choses changerons. Ils n’auront pas le choix.
    Merci de m’avoir lu et….. soyons le changement que nous souhaitons voir dans le monde ( Gandhi ).

    Répondre

  6. Valette

    5 décembre 2016 à 9 h 03 min

    Ignobles vignobles

    Répondre

  7. Pierre-Yves

    5 décembre 2016 à 8 h 52 min

    Bravo pour ce combat pour la santé des travailleurs des vignes. J’ai siégé dans un CHSCT pendant 2 ans et je confirme que les masques (EPI) sont une solution de dernier recours après la non exposition au risque (1) et les équipements de protection collectifs (2). De plus, la responsabilité pénale de l’employeur est toujours engagée et elle est doublée s’il avait connaissance du danger. Encore bravo Marie Lys !

    Répondre

  8. Marcadet

    5 décembre 2016 à 7 h 49 min

    Défendons ces travailleurs ainsi que les enfants des écoles situées près de ces vignobles et les consommateurs qui s’empoisonnent en pensant boire un bon vin…!!
    Arrêtons l’utilisation de ces produits mortels. Interdisons totalement leur mise en vente.

    Répondre

  9. vaissiere

    5 décembre 2016 à 5 h 18 min

    heureusement vous etes là pour ecrire sur cette affaire de pesticide qui agit encore et encore , il serait bon de mettre en conges nos decideurs qui agissent inhumainement ,mais comment font ils pour dormir ces gens là ..?

    Répondre

  10. Fleur

    5 décembre 2016 à 0 h 13 min

    Bravo ! Merci ! Merci pour ce nécessaire, crucial travail d’information que vous faites là ! Autour de chez moi, (Barzan 17120) les agriculteurs, les anciens, voient avec effroi les nouveaux qui font du grand grand n’importe quoi en mettant 4 fois, 5 fois plus de pesticides qu’il y a 30, 40 ans dans les champs de blé ou dans les vignes où déjà, dans ces années là, les produits provoquaient brûlures, irritations. (Personnellement vécu ça).

    Répondre

  11. catherine

    4 décembre 2016 à 23 h 11 min

    Merci pour votre energie et votre action. Les travailleurs ne sont ils pas etrangers ? Precaires ? Sans formation ?… il faudrait un texte +court. Et lister clairement les maladies cancer leucemie etc..ceux qui s embauchent sont ils en mesure de refuser le poste ou une des conditions ? Ils sont en situation de dependance economique.. comment le faire reconnaitre ?

    Répondre

  12. Hakim

    4 décembre 2016 à 23 h 04 min

    Encore bravo et merci de tout ce que vous faites pour la cause. J’espère que ce combat mènera au bout et qu’il permette de changer les choses. Courage

    Répondre

  13. Wallet

    4 décembre 2016 à 22 h 42 min

    Vous auriez aussi pu adresser votre courrier aux consommateurs, je n’ai pas envie de boire de vin au goût de sang.
    Merci à vous pour vos actions.

    Répondre

    • tirefort

      5 décembre 2016 à 19 h 59 min

      Merci à tous ceux qui soutiennent ce collectif qui a le courage de dénoncer ce  » Génocide » qui est une bombe à retardement!
      Philippe TIREFORT;

      Répondre

Répondre à Georges B Annuler la réponse.

Consulter aussi

Pétition pour la réduction de l’exposition des salariés de l’Agriculture et des industries agroalimentaires aux pesticides.

  Adressée à : Mr Stéphane Le Foll Démultipliez votre impact Faites que votre signatu…