« Ce matin à Listrac, flottait dans l’air UNE DOUCE ODEUR DE MORT »

1 juillet 2016

Mes Articles

« Ce matin grosse colère … comme tous les matins j’emmène ma poupée à l’école …Arrivée au milieu des vignes sur environ 1km (entre Libardac et l’école maternelle de Listrac pour ceux qui connaissent ) je croise pas 1 ,ni 2, mais 3 tracteurs qui épandent je ne sais quel produit sur la vigne … Je me gare sur le parking de la salle socioculturelle comme tous les matins, mais quand je sors de ma voiture l’odeur me prend à la gorge, ma fille le sent aussi puisque du haut de ses 4 ans elle me dit  » Maman ça pue !!!  » »

Ce matin à Listrac, flottait dans l’air UNE DOUCE ODEUR DE MORT …
Je partage la colère viscérale de cette mère, pas seulement parce que j’ai moi-même baigné toute la matinée, dans les vignes, dans un bain de pesticides, pas seulement parce que j’ai vu un viticulteur traiter ses vignes, malgré la présence de salariés dans une parcelle mitoyenne….à quelques mètres de lui.
Mais aussi parce que cet empoisonnement à grande échelle, empoisonnement pratiqué au vu et au su de tous, avec la complicité de toutes les infrastructures viticoles locales, de la mairie, et de l’ensemble des autorités administratives et des pouvoirs publics, cet empoisonnement est le quotidien des listracais du 15 avril au 10 septembre.
Vivre à Listrac, c’est dire adieu aux joies des repas en terrasse, aux plaisirs des après-midi dans le jardin, sans avoir pris la peine de consulter l’information minimaliste délivrée par une poignée de viticulteurs civilisés. C’est dire adieu aux promenades insouciantes dans la campagne environnante, sans avoir consulté ce même calendrier, et sans être à l’affût du moindre bruit de tracteur vous indiquant qu’il va là aussi falloir renoncer, ce n’est pas parce que vous n’avez pas été informé qu’il n’y a pas de traitement en cours, week end compris !
Cette indifférence ne peut trouver explication dans une soi-disant ignorance, alors même que le département de la Gironde est systématiquement pointé du doigt, dans les reportages et articles faisant état des avancées scientifiques, sur les effets des pesticides sur les organismes humains.
A mon sens, cette indifférence trouve son origine dans le peu de considération que l’on peut qualifier de mépris, de ces notables pour leurs concitoyens. Que représentent la colère d’une mère, la lassitude de salariés agricoles en appelant à la gendarmerie, l’inquiétude des riverains, face au chiffre d’affaire engendré par le vin ? Face au prestige dans lequel ces seigneurs du village devenus sai-gneurs ont l’habitude d’évoluer ?
Sinon comment expliquer que ces hommes et ces femmes, ces pères et ces mères, restent ainsi sourds à ces cris d’alarme lancés par des familles, par des scientifiques reconnus, si ce n’est par avidité ? Le prix du vin…Ce sont-ils déjà demandé en regardant leurs enfants, leurs petits-enfants, à partir de quelle somme ils estimeraient leur sacrifice acceptable ?
Ce matin à Listrac, flottait dans l’air UNE DOUCE ODEUR DE MORT …
Quel bénéfice pour votre santé, d’être informé des dates de traitement quand les ¾ des viticulteurs ne se soumettent pas à cette formalité ? Quel bénéfice pour votre santé de fermer votre maison, de rentrer votre linge, de ne pas laisser vos enfants jouer dans le jardin, lorsque le seul fait de sortir pour les emmener à l’école emplit vos poumons (et les leurs) de molécules chimiques cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques, et/ou perturbateurs endocriniens ?
Quel bénéfice pour la santé de nos enfants, que leur école soit protégée des pesticides issus de la chimie de synthèse par les traitements Bio appliqués sur les vignes les plus proches, lorsque leur domicile est lui-même pris au piège des pesticides ?
Ce matin à Listrac, flottait dans l’air UNE DOUCE ODEUR DE MORT … Ce matin à Listrac, avait lieu une sortie vélo des enfants du primaire, souhaitons-leur d’être passés entre les molécules…
Marie-Lys Bibeyran.
Cette tribune ne concerne en aucun cas les propriétés viticoles listracaises qui de par leurs pratiques témoignent de leur prise de conscience des dangers des pesticides et de leur considération pour leurs concitoyens. A savoir les Vignobles Jander labellisés Bio, le château Liouner qui traite en bio les vignes proches de l’école maternelle du stade et de la salle socio culturelle, le château Fonréaud qui nous informe précisément et tente de limiter l’exposition des salariés, le château Reverdi qui nous informe avec beaucoup de précision et adapte scrupuleusement ses pratiques à la météo et au voisinage, et les châteaux Clarke et Fourcas Borie qui nous informent également.

79 Réponses à “« Ce matin à Listrac, flottait dans l’air UNE DOUCE ODEUR DE MORT »”

  1. Michel Lemaire Dit :

    Bravo, courage. Ce que vs décrivez est 1 attitude féodale. Elle se retrouve ds ts les domaines en 33, les seigneurs dominent !
    Mais quoi faire, comment faire ? A votre disposition.
    Michel Lemaire

    Répondre

    • Anonyme Dit :

      Quoi faire : arreter d’ acheter du Listrac !

      Répondre

      • Affirmatif Dit :

        Il y a d’autres Bordeaux. Un tuyau: les Loire, les Côtes du Rhône, les Languedoc et, pour les blancs, les Alsace, ont un excellent rapport qualité-prix.

        Répondre

        • Alexandre Dit :

          Je vous invite aussi à découvrir les blancs du Jura, chardonnay, savagnin ou mélange des deux, vin jaune, hum…

          Répondre

        • Zaza Dit :

          Réponse à Affirmatif :
          Vous conseillez, entre autres vins, ceux du Languedoc… Euh… Je sais, pour avoir vécu de nombreuses années au coeur des vignes de cette région, qu’en matière de pesticides et autres saloperies ils ne sont guère mieux que les copains ! J’ai pu les voir épandre à tour de bras et même, même, balancer leurs énormes bidons de produits chimiques au bout des rangées de vignes, là où passent des chemins de promenade, non loin des villages. Et combien en ai-je vu pourrir là toutes gueules ouvertes pendant des lustres ?!…
          Alors le Languedoc, je dis Niet !

          Répondre

          • xxx Dit :

            slt a tous… mon soucis est les vergés, jhabite en bordure de champs (ds la drome) et encore aujourdhui a 5h30 du mat, la sulfateuse est passé.. mon linge est tout pourri (une machine pour le rincé, ki paie edf et la flotte… )les vignes, cela est bien pire! certe notre pays est le pays du vin (enfin plus trop maintenant) mais dire que nous BUVONS DES PESTICIDES!! ON S’AFLIGE UNE SANTE DE MERDE A CAUSE DE TOUT CES PRODUITS QU’ILS BOMBARDE DANS TOUT LES COINS, ca devient désolant, quel avenir laisser aux enfants, une terre polluer et bientot morte cause de tout ces produits… cela ne peut plus durer, il faut que les agriculteurs et ce pseudo gouvernement trouvent d’autres moyens et arretent de nous empoisonner, ainsi que d’empoisonner et rendrent malade nos animaux

            Répondre

      • FRIPON Dit :

        oui arrêter d acheter les vins pour les mettre en difficulté,,,,il y a beaucoup d autres vins très bons pour( la santé) pas d abus

        Répondre

      • phil Dit :

        Oui il faut absolument arrêter d’acheter ce vin, pour ma part je boycott les bordeaux car il n’y a pas que le listrac qui est touché, c’est l’ensemble des vins bordelais et dans mon entourage de plus en plus de personnes ont arrêté d’acheter ce poison.

        Répondre

      • Anonyme Dit :

        toutes les régions viticoles subissent le même sort sans exception,mais on trouve des viticulteurs bio partout à soutenir et encourager avec notre porte monnaie,il faut faire de la pédagogie dans notre entourage,nos familles,enfants compris.

        Répondre

        • Olivier APELL Dit :

          C’est exactement ma philisophie. De la pédagogie dans mon entourage et n’acheter plus que des vins en biodynamie.
          Mieux vaut acheter des vins Bio un peu plus chères qui ne sont bas du poison pour votre santé quitte à en achater moins souvant.
          Boycoter les vituculteurs qui utilisent encore des pesticides, c’est le seul moyen efficace de lutter. A la longue ils seront obligés de comprendre…

          Répondre

          • JC Dit :

            Vous oublié que les viticulteurs bio traite leur vignes avec du cuivre pour le mildiou, or c est un métaux lourd qui ce fixe dans le sol et donc pollue.De plus on est bien content de prendre leur fric pour faire tourner nos association écolo…

            Répondre

    • Daniel Dit :

      Bonjour
      c’est partout pareil et pas seulement dans le vin : tous les secteurs agricoles sont touchés par l’affairisme et la financiarisation : les plantes, les machines, les modes d’élevage, l’organisation du marché.
      Étouffés par leurs créanciers, les petits agriculteurs meurent.
      Mais les gouvernements passés et actuels sont complices de ces pratiques, au même titre que le principal « syndicat agricole » FNSEA dirigé par Xavier Beulin (Officier de l’ordre du Mérite agricole, Chevalier dans l’ordre national de la Légion d’honneur, Chevalier de l’ordre national du Mérite par la grâce de qui ?), associé en exploitation agricole (500 ha de blé, colza, orge, maïs, tournesol et un atelier de lait d’un quota de 150 000 l)
      Il est également président du groupe Avril-Sofiproteol, acteur omnipotent des filières de l’agro-industrie (chiffre d’affaires 7 milliards d’euros en 2013) de la filière oléagineuse et protéagineuse. L’entreprise produit, selon l’hebdomadaire Le Point, presque l’intégralité du biodiesel, mais qui bénéficie d’une exonération fiscale4. Diester Industrie est champion européen du biodiesel. Sa société Glon Sanders est leader français de la nutrition animale.
      Il défend les OGM, la ferme des 1000 vaches et participe aux fermes porcines géantes de Bretagne.
      C’est le seul interlocuteur des gouvernements actuel comme passés.
      Alors, de votre santé et de la planète ! ? rien à foutre !

      Mais votre combat est juste et doit être soutenu.

      .

      Répondre

    • Bonsoir Dit :

      La solution la plus simple est de faire comme les américains quand ils boycottent un produit les ventes chutent.

      Quels français oseraient s’attaquer aux je dirai Saig…nez les pas la source pour qu’ils passent au BIO avant qu’il soit trop tard pour leur fortune a perdre ou leur propre santé et la vôtre
      Richard Renaud

      Répondre

  2. Anonyme Dit :

    Bonjour
    Bravo pour votre courage, je vous plains de tout mon coeur. Même si vous voulez déménager je suppose que votre maison de vaut plus rien…. je suis atterrée devant tant d obscurantisme et surtout après l emission d Élise Lucet qui dénonçait ces pratiques assassines.

    Répondre

    • Anonyme Dit :

      Arrêtez de regarder bêtement la télévisions et réfléchissez par vous même un peu…
      Cette émission, si elle délivre quelques vérités dérangeantes, apporte surtout beaucoup de bêtises par méconnaissance du sujet qu’elle traite.
      Et puis, a commencer par l’auteur de cet article, avant de jeter la pierre aux viticulteurs, prenez votre vélo au lieu de nous polluer avec vos voitures qui répandent la mort avec leurs rejets cancérigènes ! Que chacun s’occupe de son propre impact sur l’environnement avant de critiquer les autres, c’est tellement facile !

      Répondre

  3. jb des bois Dit :

    juste faire constater par huissier et saisir le procureur de la république !

    Répondre

    • Jean-Pierre MOUILLE Dit :

      Ne rêvons pas… L’huissier encaissera ses honoraires et le procureur retournera à la chasse sur les terres de ses hôtes viticulteurs… Boycott, point barre, et pourquoi pas les fourches en prime…

      Répondre

  4. jumbofreddy Dit :

    Bravo: superbe article ! à reproduire ,sans en retirer une ligne ,dans tous les manifestes contre ces poisons! et pendant ce temps la Commission de Bruxelles vient d’autoriser pour 18 mois de plus l’utilisation des OGM, dans l’attente parait-il d’une énième enquête scientifique, alors qu’il y en a déjé eu des dizaines! malgré tout ça avance lentement, grace à des gens combatifs comme vous!

    Répondre

    • Dangers Dit :

      « pendant ce temps la Commission de Bruxelles vient d’autoriser pour 18 mois de plus l’utilisation des OGM, dans l’attente parait-il d’une énième enquête scientifique, alors qu’il y en a déjé eu des dizaines! »
      Votre affirmation est significative de la désinformation qu’il peut y avoir. Ce dont vous parlez c’est le glyphosate, un désherbant. Les opposant à ce désherbant font croire à l’opinion publique qu’il favorise les OGM car outre Atlantique le glyphosate est utilisé desherbant de variétés maïs, soja, colza) dites « OGM ». Mais en UE ces variétés non jamais été autorisées (et les agri n’en ont jamais voulu car ils préférent conserver le glypho comme désherbant interculture contre les vivaces notamment, comme le chiendent, le chardon et ce à dose bcp plus réduite qu’outre Atlantique.
      Mais les anti font amalgame avec OGM et vous font écrire des trucs … Et d’ailleurs, même si c’était une plante OGM sui était utilisée en quoi serait ce un poison pour humain ?
      Si vous voulez faire avancer les choses mieux vaut s’appuyer sur des faits et non sur des « on m’a dit que »…Malheureusement sur e web …

      Répondre

  5. Quinet Dit :

    Et bien je suggère à tous les lecteurs de cette information de ne boire que des vins biologiques. Ils sont excellents et permettent de faire de très belles découvertes dans toutes les régions.

    Répondre

    • heidi Dit :

      En accord avec vous ; non seulement ces vins biologiques sont excellents,mais si tous les lecteurs prennent conscience de l’importance de l’enjeu ces poisons disparaîtront ;ils ne pourront plus nous empoissonner …..

      Répondre

    • Anonyme Dit :

      c’est vraiment ça qu’il faut faire,ils sont excellents et à prix abordable

      Répondre

      • Anonyme Dit :

        Excellente idée !
        Il faut garder a l’esprit que les responsables de ces pratiques sont les consommateurs. Les viticulteurs (et agri) ne font malheureusement que produire ce qu’on leur demande. Ils sont les premiers touchés par ces poisons (je vous invite a regarder le documentaire « la mort est dans le pré ») et ne les emplois pas par plaisir !
        Malheureusement, le bio est plus cher (le vrai bio j’entends) et les consommateurs se tourne vers le conventionnel. Si tout le monde passait en bio, vous iriez tous acheter les produits étrangers, encore plus polluer que les notre. De plus, le bio n’est pas exempt de tout traitement contrairement a ce que l’on fait croire, cuivres et souffre sont largement utilisés et perso, je n’en boirai pas au petit déjeuner (et le souffre fait partit des produits qui sentent fort par exemple, donc c’est peut-être des viticulteurs bio que l’auteur de l’article a croisés) !
        Pour finir, et pour que vous soyez cohérents dans votre démarche « non à la pollution », reprenez votre vélo au quotidien et n’utilisez plus de véhicule a moteur thermique, ensuite on reparle ensemble du sujet pollution.

        Répondre

        • JC Dit :

          Bravo je suis bien d’accord avec toi d’autant que la majorité des viticulteurs font leur maximum pour réduire les doses et le nombre de passage quand il le peuvent. De plus les citadin construise des maisons au milieu des vignes et ce plaigne ensuite, il faut peut étre réfléchir un peu plus avant de venir vivre a la campagne il ni a

          Répondre

  6. Alexandre Dit :

    C’est dur de faire changer les choses en milieu rural…Je vis le brulage des déchets agricoles (baches plastiques, filets de maintien des balles rondes, enrubanages, etc..) depuis 15 ans.
    Courage, on va y arriver à faire respecter la santé.
    D’ailleurs, c’est à se demander à quoi servent un ministre de l’environnement et un ministre de la santé.

    Répondre

  7. Daniel Dit :

    Pourquoi ne pas lancer une pétition contre ces assassins ?

    Répondre

  8. Jean-Pierre Meeschaert Dit :

    La solution ne plus consommer ces vins et n’acheter que des vins bios. Et si les Japonais, Américains, Chinois friqués ont envie de s’empoisonner on les leur laisse.

    Répondre

    • Yksis Dit :

      Du grand n’importe quoi : exportons notre m…..ailleurs, c’est ça votre solution ? comme pour les déchets nucléaires, tiens qu’on veut enfouir dans les sols ou envoyer dans l’espace… Les japonais, les américains et les chinois sont des êtres humains comme les autres, et eux aussi ont le droit d’être respectés… s’alimenter sainement sans risque de s’empoisonner devrait faire partie des droits de chaque citoyen. le glyphosate vient d’être autorisé pour 18 mois supplémentaires, et combien de morts en plus…?

      Répondre

  9. Marie Simal Dit :

    Oui il faut toucher les seigneurs là où ça fait mal… au porte monnaie… commençons par boycotter le Listrac !! Et buvons bio !!

    Répondre

  10. anonyme Dit :

    Pourquoi ne pas demander l’interdiction de construire dans les zones adjacentes touchées par les traitements ?
    L’effondrement du prix des terrains qui ne seraient plus constructibles provoquera plus d’effet que la plus grosse des pétitions !
    Et en plus cela touchera les plus fortunés donc les plus écoutés !!!!

    Répondre

  11. jane Dit :

    Achetez du vin bio uniquement. Il en existe de plus en plus à un prix parfois inférieur à celui du vin toxique!

    Répondre

  12. Fabio Dit :

    Nous avons le même problème ailleurs que à côté des vignes.
    Nous habitons en Loire Atlantique dans un hameau en bordure de champs cultivés pour nourrir des vaches laitières (mais). La dernière fois, pendant les vacances scolaires, les enfants étaient dans le jardin, l’agriculteur vient épandre des fongicides alors qu’il y avait un vent supérieur à 20 km/h en direction de notre jardin. Résultat: la même odeur dans le jardin (on s’est rendu compte qu’il épandait non pas au bruit du tracteur mais à l’odeur…).

    En + d’intoxiquer ses vaches, les gens qui boivent le lait de ses vaches, il intoxique ces voisins car ils ne respectent même pas les lois liés à l’épandage de pesticides! Ces gens ont aucune morale, aucune éthique à part celle du profit comme l’état, la chambre d’agriculture et les fabricants de ces produits.

    Je partage cet article intéressant sur la destruction de la terre réalisé par l’ipsn: « Au-delà du risque pour l’être humain, ce mode de culture où toute flore et faune auxiliaires sont détruites appauvrit les sols, détruit les petits animaux, insectes, lombrics et jusqu’à la vie microbiotique et bactérienne en profondeur.

    Cette stérilisation entraîne la transformation du sol vivant en un simple « substrat » mort, incapable d’auto-régénération. Les cycles biologiques, garants du maintien de la fertilité : décomposition de la matière organique, oxygénation, circulation des eaux et drainage, s’arrêtent. (9)

    Les maladies fongiques (provoquées par des champignons) augmentent, ce à quoi on réagit avec… plus de fongicides !

    Privés de nourriture et de prédateurs, certains animaux et insectes dits « ravageurs » prolifèrent, ce à quoi on réagit avec… plus de pesticides !

    La « logique » de cette agriculture est donc d’accroître constamment les apports de produits phytosanitaires, la profondeur du labour, le nombre des traitements et épandages, pour le plus grand profit de l’industrie chimique et de l’industrie du matériel agricole.

    A cela s’ajoute la menace effrayante de l’apparition d’espèces végétales parasites résistantes aux herbicides. Dans un premier temps, elles obligent à multiplier les traitements avec des produits chimiques aux modes d’actions différents. Dans un second temps, on craint aujourd’hui que cela ne conduise à la situation du pire : des cultures chimiques sur un sol mort empoisonné, avec un effondrement des rendements liés à la prolifération des plantes parasites contre lesquelles on ne pourra plus rien.

    La fin du cycle sera atteinte et, avec elle peut-être, la catastrophe. « 

    Répondre

    • Pierre BOUDET Dit :

      Le capitalisme est vraiment le meilleur système économique, il permet de tuer les individus à la seule condition d’enrichir les industries agro alimentaires, chimiques, Bayer, Mosanto Etcc ….les fabricants et marchands de matériel servant à répandre ces produits mortels, encore que ce matériel pourrait éventuellement être utile pour épandre des produits d’origine naturelle non toxiques pour le reste de l’environnement

      Répondre

    • Anonyme Dit :

      bonjour,
      oui, hélas, toute la France rurale est concernée. Peu de personnes semblent sensibles au sujet, aucune plainte, aucun avis,et vas y que je te promène les gosses entre les immensités de mais après , avant, pendant une pulvérisation de phytos! Les instituteurs ne sont pas choqués par ces pratiques et sortent allègrement les enfants en récréation alors que les relents chimiques flottent encore.Mais c’est vrai que l’odorat finit par s’adapter comme le goût à la malbouffe.
      Pour finir:il n’y a que nous individuellement, qui pouvons changer les choses. Ne plus acheter des produits pollués;agacer les autorités(la nuisance de vingt moustiques plutôt que le rugissement inutile du lion).Porter pétitionner pour une analyse obligatoire de l’air en pesticide (pourquoi croyez vous que cela ne soit pas fait?) Informer, informer informer les béotiens béats consommateurs endormis au panem et circences.
      Bien à vous tous qui avez la bonté de me lire

      Répondre

  13. charlotte cattan Dit :

    Bravo pour votre action. Je achète. que du vin bio et j essaie de convaincre autour de moi. . .
    Je vis à proximite des terres agricoles traités avec des produits interdits en France mais achetés en Espagne par certains agriculteurs. Je pense qu il est temps de se revolter….

    Répondre

    • alphonse Dit :

      bonjour,
      même les phytos autorisés sont nocifs; à Strasbourg on analyse 70 pesticides dans l’eau du robinet, plus de 200 différents sont utilisés par l’agriculture.Est il normal d’avoir des polluants dans l’eau potable? Et je sais de quoi je parle je suis paysan..

      Répondre

  14. Anonyme Dit :

    Quel honneur se serait pour les viticulteurs si le vin serrait produit sans pesticides, un vin de meilleur qualité, respectueux de la vigne,
    de l’environnement, de la santé et… de leur santé…
    Alors ne désespérons pas…

    Répondre

  15. Mirai Dit :

    Achetons BIO pour lutter contre ces cancers ! Moi aussi j’en ai eu un (cancer) !
    Quelle honte pour « nos dirigeants » de « Bruxelles » qui sont corrompus par les lobbys…
    Agissons !

    Répondre

    • Daniel Dit :

      Bonjour
      les « dirigeants de Bruxelles », ce sont nos présidents et gouvernements qui s’y réunissent pour décider loin de nous et accusent Bruxelles pour cacher qu’ils nous gouvernent pour le bien exclusif de la finance.
      Pour preuve : le leader FNSEA Xavier Beulin (Officier de l’ordre du Mérite agricole, Chevalier dans l’ordre national de la Légion d’honneur, Chevalier de l’ordre national du Mérite par la grâce de qui ?), associé en exploitation agricole (500 ha de blé, colza, orge, maïs, tournesol et un atelier de lait d’un quota de 150 000 l)
      Il est également président du groupe Avril-Sofiproteol, acteur omnipotent des filières de l’agro-industrie (chiffre d’affaires 7 milliards d’euros en 2013) de la filière oléagineuse et protéagineuse. L’entreprise produit, selon l’hebdomadaire Le Point, presque l’intégralité du biodiesel, mais qui bénéficie d’une exonération fiscale4. Diester Industrie est champion européen du biodiesel. Sa société Glon Sanders est leader français de la nutrition animale.
      Il défend les OGM, la ferme des 1000 vaches et participe aux fermes porcines géantes de Bretagne.
      C’est le seul interlocuteur des gouvernements actuel comme passés.
      Alors, de votre santé et de la planète ! ? rien à foutre !
      Mais votre combat est juste et doit être soutenu.

      Répondre

      • Dangers Dit :

        Sur Beulin remettons les faits :
        500 ha : c’est un GAEc avec 4 associés. Cela ramène à une taille de 125 ha par associés. C’est banal.
        Atelier lait de 150 000 litres : c’est à dire autour de 25 vaches. C’est un petit élevage (avec vente directe ?)
        Seul interlocuteur : normal que les gouvernements écoutent un syndicat qui à la majorité (autour de 55 %) mais je crois que le gvt actuel écouté aussi bcp la confédération paysanne malgré sa faible représentation (moins de 20 %).
        Autre remarque : si tous les agri et vit français font du bio, les prix de vente des producteurs de bio vont s’effondrer et je ne suis pas sur qu’ils soient d’accord.

        Répondre

  16. jean canton Dit :

    Bonjour
    oui merci pour votre engagement et votre lutte. je trouves bien sûr l’attitude des agriculteurs criminelle et pourtant ce sont aussi les premières victimes. l’état les collectivités et les grands noms de la profession doivent se poser les bonnes questions. ..peuvent ils continuer à faire semblant de ne rien voir et empoisonner nos enfants les riverains les sols impunément.
    non il faut donc boycotter toussa les vins non bio.
    ce que je fais pour ma part en plus d’être végétarien. ..
    Le monde évolue des personnes prennent conscience en continuant la lutte de manière solidaire et en dénonçant de plus en plus ces pratiques criminelles nous forcerons l’état à bouger ces lignes. merci encore

    Répondre

  17. MARTINE MCHAUD Dit :

    Il faut continuer le combat. C’est pareil pour le bio; les sceptiques du bio rigolent et disent que les pesticides ne s’arrêtent pas au champ bio.
    La persistance de la lutte aboutira.Il faut continuer à informer le plus possible.Il faut en parler le plus possible dans notre entourage aussitôt que l’on sent que c’est possible.

    Répondre

  18. Clara Dit :

    Je ne vis pas dans un pays de vignoble , mais à la campagne ou les agriculteurs traitent les champs sans cesse. En 5 mins un champ moyen est traité ,avec leurs rampes très larges. Ça va vite on a à peine le temps de les voir qu’ils sont repartis.
    Dans le village beaucoup de cancers ,d’ailleurs je viens d’en déclarer un il y a quelques mois ! je suis sous chimio ,cancer des ganglions: lymphome .
    Et dans mon jardin non traité pourtant , presque plus d’insectes ( scarabées,sauterelles , papillons et bien d’autres!)
    Ou va-t’on? J’ai la rage de voir ces inconscients!

    Répondre

  19. Walter thiébaut Dit :

    Bonjour Madame bibeyran;
    Merci pour votre action! En Alsace également, le fait d’habiter à coté du vignoble, nous fait penser que la santé des habitants passe en second plan, mais on assiste quand mème à une petite prise de conscience de certains viticulteurs et ce, peut être du fait de la taille moyenne des exploitations!
    Consultez les vidéos concernant les vignes de listrac et laissez des commentaires concernant vos inquiètudes, je crois qu’elles sont publiées sans trop de contrôles! De bonnes remarques sur le site des exploitants et de leurs revendeurs porterons peut être certains fruits non toxiques!
    Bonne continuation!

    Répondre

    • alphonse Dit :

      Bonjour,
      juste pour info: l’alsace possède le plus grand nombre d’ha de vignes bio / surface totale; merci pour ceux qui ont le courage du changement

      Répondre

  20. marcadet Dit :

    Honneur à Vous pour avoir dénoncé ce scandale.
    Bien sûr, boycottons ces vins empoisonnés et leurs empoisonneurs.
    Ils trouveront preneurs en la clientèle étrangère qui voue un culte aux vins bordelais. C’est pourquoi ils sont si puissants…!!
    Ils ont droit à nos aides lors d’intempéries et nous tuent…. Un comble…!!
    Monsanto, Bayer et Syngeta (implantée à Nérac en 47) les ont bien convaincu.

    Répondre

  21. Fabien Dit :

    Je nous invite à n’acheter et ne consommer que du vin bio. C’est un début de réponse.

    Répondre

  22. Desreumaux Dit :

    Ma famille boycotte désormais les vins non biologiques. Plus de vente, plus de pesticides. C’est un acte citoyen, politique, sanitaire.
    Courage à vous. Michèle

    Répondre

  23. cyane Dit :

    n’achetons que bio pour le vin comme pour les autres produits alimentaires et autres qui font les mêmes dégâts ailleurs en France ou très loin. Soyons des citoyens responsables conscients du processus, conscients d’être chacun un élément du rouage, conscients de notre responsabilité
    , conscient de notre force de consommateurs. Sachons à qui nous donnons notre argent et ce que nos gestes engendrent
    Merci pour votre travail

    Répondre

  24. r33s Dit :

    Arrêter d’acheter ces vins… Ils trouverons bien à les vendre à l’exportation !

    Acheter du vin bio c’est une bonne façon de militer.

    Bon courage.

    Répondre

  25. Pioline Pascal Dit :

    Acheter des produits bio est la seule solution , c’est mon choix , le bio étant un peu plus cher , je mange un peu moins et voilà …
    Ne pas acheter leurs produits pleins de pesticides pour les faire évoluer dans le bon sens , parce que politiquement ça serait trop long .
    Bon courage

    Répondre

  26. octobre daniel Dit :

    Notre ministre de l’agriculture n’est jamais mentionné dans ce scandale : pourquoi met-on autant d’énergie à l’épargner? les lycées d’enseignement agricoles utilisent une partie de nos impôts à enseigner les techniques culturales , aux élèves chargés de les appliquer dans les années prochaines.
    Nous sommes des lanceurs d’alerte, mais sérieusement inhibés .
    On peut atteindre facilement le ministre de l’agriculture en foutant le bordel
    dans les lycées agricoles dès la rentrée de septembre , ce n’est pas difficile
    de mobiliser les médias ; le contexte de l’agitation sociale est un facteur
    très favorable .
    Maintenant on peut aussi continuer à se plaindre en surveillant nos bonnes manières, en faisant attention à ne pas envisager le moindre désordre .

    Répondre

  27. Monserrat Dit :

    Il faut appeler au boycott de ces vins pour contraindre les viticulteurs à changer leurs pratiques.

    Répondre

  28. Clamer Montpellier Dit :

    Vendre à l’étranger n’empêchera pas de cultiver ces vignes en Gironde, d’une part, et ce n’est pas très moral de vendre à l’étranger des vins empoisonnés, d’autre part.

    Un bio depuis un demi siècle….

    Répondre

  29. Manon A. Dit :

    Puisque les scientifiques, les politiques, sont impuissants face aux intérêts pseudo économiques, il nous reste la force citoyenne, le nombre pour boycotter ces Bordeaux, promouvoir les vins BIO, lancer des alertes permanentes auprès des médias, -les mémoires sont courtes, ne pas lâcher la pression- !

    Répondre

  30. Berder Dit :

    Il faut continuer à se battre contre cette horreur qu’est le pesticide . Il n’y en a partout. Je pratique la course à pieds depuis longtemps . J’ai souvent été incommodé par ces produits . J’ai meme fait un probleme cardiaque suite à l’inhalation de pesticides qu’un agriculteur pulvérisait sur des artichauts . Il faut que l’état interdise ces produits. Trop, trop dangereux

    Répondre

  31. Jacqueline Dit :

    J’ai remarqué qu’il y avait de plus en plus de monde dans les magasins Bios. C’est rassurant. Ce matin j’ai ramassé 1kg de pommes de terre, quelques fraises et framboises et des fleurs de capucines pour faire un omelette, tout cela dans mon petit bout de jardin. Quelles merveilles de la nature hautement appréciées !

    Pour notre santé et celle de notre famille, pour notre environnement, pour la planète disons autant que nous le pouvons oui au BIO.

    Répondre

  32. Jérôme Dit :

    Il est fréquent d’ entendre que certaines banlieues sont des zones de non-droit ; on pourrait en dire tout autant de certaines zones agricoles, qu’ il s’ agisse de viticulture ou autre (voir par ex. les invasions d’ algues vertes en Bretagne, notamment dues à la pollution engendrée par le lisier) ; mais par intérêts ou cupidité ou les 2 à la fois, ceux qui ont un pouvoir de décision, que ce soit au niveau national ou européen, ne font rien : voir par ex. la prolongation de la commercialisation d’ un certain engrais commençant par la lettre R ou encore la non interdiction des pesticides tueurs d’ abeilles… Quand elles auront disparu, on fera quoi ?
    Bravo en tous les cas pour votre mobilisation, heureusement Il y a des gens comme vous, qui n’ agissent pas par intérêt mais ont juste envie de vivre normalement.

    Répondre

    • PAULO Dit :

      Il faut bien ce renseigner avant d écrire n importe quoi la prolongation du produit R qui n’est certainement pas un engrais mais un herbicides.Je passe sur les insecticides tueuse d’abeille qui dérange quand on les emploie dans les vignes mais qui ne dérange plus lorsque l on branche sont diffuseur dans la maison afin de tuer les mouches et autre moustique pourtant on le respire a plein poumons mais il est vrai que l’odeur et masquer par un doux parfum de citron ou vanille c’est quand meme beaucoup mieux.En tout cas vous me faite bien rire…

      Répondre

  33. Anonyme Dit :

    les lobbies manipulent impunément et officiellement à Bruxelle,en dépit des démocraties.

    Répondre

  34. Anonyme Dit :

    Bonjour,
    et bravo ! Continuons à lutter contre cette emprise de l’argent.
    Et comme disait Coluche : « foutons leur dans le c… ».
    C’est un combat, ne soyons pas naïfs.
    Cordialement,
    jpd

    Répondre

  35. LESSIEUX Dit :

    Bjr, adhérent de Générations Futures depuis l’ an dernier, Bio-coopiens depuis 4 mois, je ne bois plus que du Bio, même Espagnol, mangeant des fruits et des légumes aux goûts retrouvés. Pour ce qui est de la lutte contre les PESTICIDAIRES nous serons contraints de muscler nos actions, nos slogans, nos pancartes, nos manifs et nos dons aux assos agissant sur le même terrain. Combien de tonnes de pesticides pour notre Grande Aquitaine empoisonneuse patentée ? Des milliers de tonnes…. Soufflez, respirez, ne respirez plus. Cordialement

    Répondre

  36. anonyme44 Dit :

    je vis dans une région ou le muscadet est roi…
    Bon nombre de cas de Maladie de Parkinson serait attribués à l’utilisation de ses pesticides.
    Les utilisateurs sont les premiers concernés, sans oublié bien entendu et surtout tous les résidents vivants à proximité des vignes traitées et le rayon d’action de ces pesticides est malheureusement très large, le vent dispersant ces poisons mortels bien au-delà de la zone de traitement définie au départ…
    Nous sommes tous concernés, ruraux comme citadins…
    Il me semble qu’une forte mobilisation nationale de toutes les régions viticoles de France concernées par ce nouveau problème de santé publique s’impose plus que jamais, pour nous mais surtout pour les générations à venir..

    Répondre

  37. Anonyme Dit :

    Bonjour,
    Même colère dans l entre deux mers. Déjeuner avec mes enfants empoisonné, nous vivons a côté des vignes et d un champs de maïs. Puis empoisonné a l école … L odeur passe a travers les menuiseries chez moi. La dernière fois le délai légal entre deux traitements n a même pas été respecté. annee a mildiou ou pas ils n arrêtent pas….

    Répondre

  38. Anonyme Dit :

    Vins bio c est pareil produits moins dangereux lol donc plus de traitements plus souvent!!!! Rappelons que nous sommes tous responsables de nos actes! Mais quand le maître est l argent l homme est aveuglé. L ignorance est aussi non négligeable et il faudrait déjà informer chaques salariés du risque qu il prend ou qu il encourt à épandre ce poison… Sur lui ou dans la nature. Informer les gens que les maladies dégénératives sont causées par ces poisons. Et je peux vous dire que la prise en charge est legere comparée au handicap subit… qu il n y a quasi pas d aide financière pas de structures adaptées . Et que toute la famille paie pour avoir eu le droit de respirer… Du parfum non désiré… Mais on s en fou! Continuez!!! A empoisonner mes gamins!!!

    Répondre

  39. patrick.lafarge@aliceadsl.fr Dit :

    N’habitant pas cette région je n’ai guère d’infos mais que dis Juppé de tout çà? Sans doute pas grand chose vu le poids économique que représente la vigne, laissons empoisonner les manants que nous sommes.

    Patrick Lafarge

    Répondre

  40. Michel Dit :

    Il faudrait porter plainte collectivement afin qu’un juge d’instruction se saisisse de ce dossier. Que fait ségolène royal, toute occupée à parler du round-up mais rien sur les traitements des vignes??!!! Il faut interpeller les politiques et leur mettre le nez dans les bacs de pesticides.

    Répondre

  41. christine Dit :

    Le consommateur à le pouvoir de n’acheter que du bio, plus la bio se développe plus les produits baissent en prix. La solution ne passera que par les actes et boycott des consommateurs que nous sommes, pris au piège de notre propre vulnérabilité, faiblesse et manque de vision à long terme. Quand allons nous agir enfin pour faire chuter les prix de toute la merde que l’on veut nous faire ingurgiter et ne plus l’acheter simplement car ce n’est pas cher !

    Répondre

  42. Anonyme Dit :

    Ne plus acheter les vins du bordelais sauf les bios, c’est simple, et les propriétaires des crus imposeront d’autres méthodes aux exécutants des basses oeuvres !

    Répondre

  43. sandrine Dit :

    Vous savez que vous vivez entouré de vignes quand, dès le matin, lorsque vous ouvrez vos fenêtres, il y a une odeur de bubble-gum dans l’air.

    Vous vous attendiez à sentir l’air frais et propre de la campagne et vous respirez le produit chimique.

    La journée va être rythmée par le balai incessant des tracteurs. Leur bruit caractéristiques de grosses souffleries vous invitent à rester à l’intérieur afin d’éviter maux de têtes et nausées.

    Tant pis pour le petit repas en terrasse.
    Mieux vaut manger à l’intérieur sous peine de se retrouver avec un goût de bubble-gum dans la bouche en lieu et place de savoureux légumes ou d’une pomme du jardin.

    Savoureux légumes et fruits achetés dans le commerce car dans l’impossibilité de faire un potager bio ou tout du moins sans produits chimiques.
    Les feuilles des plants de courgettes, tomates se retrouvant maculés de gouttelettes de produits phyto sanitaire utilisé par le vigneron voisin.
    Le pommier du jardin, le prunier, le noisetier, le noyer n’y échappent pas. Vous pensez récolter de délicieux fruits naturels et bio, mais ils sont recouverts d’une couche de produits.

    Tout ce qui se trouve dehors est souillé.

    Le linge qui séche dans le jardin est parsemé de petites tâches et « pue ». Non, le joli drap blanc ne sentira pas le frais du vent.

    Et à l’heure d’aller chercher l’enfant à l’arrêt de bus, vous voilà obligé de prendre votre voiture pour faire 600m. Pris en étau par un vigneron qui distribue son poison équipé, pour certains, d’un masque, et d’une combinaison.
    Certains ont même un masque à gaz et vous, vous attendez le bus dans ce nuage.
    Sans masque.
    Le chemin et l’arrêt étant cernés, vous êtes obligés de passer dans un brouillard de produits chimiques.

    Le bénéfice que vous pensiez obtenir en habitant à la campagne se rétrécit à la saison viticole qui dure d’avril à septembre.
    Six mois d’été.
    Le moment où l’on vit dehors avec les fenêtres grandes ouvertes est dicté par les traitements phyto sanitaires des vignes alentour.

    Répondre

  44. Anonyme Dit :

    bravo Marie -lys Tu continue a te battre sans jamais lâché tu as beaucoup de courage

    Répondre

  45. Alice Dit :

    24 juillet 2016
    bravo Marie -lys Tu continue a te battre sans jamais lâché tu as beaucoup de courage

    Répondre

  46. Florent Dit :

    Pour ces choses là fesons la différence entre l’applicateur et le décisionnaire ;) . L’applicateur ne fais que suivre les ordres et malheureusement il exécute parce qu’il veut garder son boulot. Prévoir un planning de traitement est compliqué. Le lundi matin la vigne n’a pas besoin d’être traité et le mardi matin y a urgence ! Il est certain que traité à côté des maisons, des écoles etc est très problématiques. Pour ce qui est d’acheter du bio ce n’est forcément La meilleur solution. Tout comme en conventionnel le bio utilise certain produit plus nocif à base de cuivre… Que je n’ai pas en tête. Enfin. La question à ce poser je pense ce n’est pas comment trouver une solution. Mais à se demander comment en sommes nous arriver aujourd’hui à utiliser autant de produit phytosanitaires. Cordialement un jeune salarié agricole qui maîtrise peu le sujet mais qui s’investit pour comprendre ou va notre monde

    Répondre

  47. Anonyme Dit :

    Habitante de listrac je me suis installée en connaissance de cause les vignes sont implantés et contribue au développement de notre région depuis fort longtemps !
    J’aimerais savoir si ces gens qui condamne les vignobles n’ont pas travail et intérêt grâce à eux?! Quand vous avez construit collé aux vignes vous étiez ignorant ?!
    Vous ne buvez pas de vin? Ne consommez pas de fruit et légumes d’intermarché ?
    Je pense que vous vous ennuyez beaucoup pour parler comme vous le faites !!!!

    Répondre

    • infomedocpesticides Dit :

      Moi je pense que vous n’êtes pas très courageuse, pour écrire sous couvert d’anonymat,
      perso je ne supporte pas la lâcheté !
      Je ne suis pas riveraine mais salariée des vignes, et je ne vis pas grâce à la vigne à peine puis je arriver à faire survivre ma famille !
      Et soyez rassurée, je sais que je peux compter sur des personnes comme vous, pour pallier à un hypothétique ennui, quant à vous si vous vous ennuyez
      achetez un Bescherelle

      Répondre

  48. Anonyme Dit :

    Les accusations sont faciles.. un exemple, le souffre, agréer en bio, sens fort effectivement, bio pourtant… sur quels critères basez vous vos accusations ??? Les dates de traitement dépendent de la météo est non pas d’un planning pouvant être gérer à l’avance… bravo, et merci de vous renseigner.. ah oui pub pour certains….

    Répondre

Répondre à Jean-Pierre Meeschaert

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus