J’ai hésité longuement avant de saisir ces quelques mots sur mon clavier, ne voulant pas vous accorder plus d’importance que votre proxénétisme électoral n’en mérite. Mais ne pas le faire, serait oublier pourquoi je suis aujourd’hui si heurtée par vos propos.
J’aurais aimé que votre mépris m’importe, mais ce serait nier la colère qui m’anime et fait de moi la militante que je suis. Victime collatérale des pesticides et salariée agricole je suis la rumeur qui se propage, la pauvre petite victime innocente, l’opprobre nuisant au prestige du vignoble bordelais.
Aussi est-ce sûrement par crainte de contagion que malgré la médiatisation de mon histoire personnelle, aucun de vous ne s’est enquis de la situation des salariés agricoles exposés aux pesticides et sacrifiés sur l’autel de ce prestige aujourd’hui entaché d’une tenace odeur de mort.
Vos mots bafouent tous ceux qui ne peuvent pas se défendre. Parce qu’ils ne sont plus là, parce qu’ils craignent de perdre leur travail qui les maintient dans une précarité esclavagiste, parce que la mort de leur proche les paralyse. Je pense là à mes parents que je vois se débattre dans la douleur morale et la maladie depuis la mort de mon frère, à ses enfants qui errent dans leur vie d’adulte parce qu’amputés de leur père.
C’est indigne et inadmissible de la part de personnes portées par des mandats du peuple ! Ce même peuple que vous laissez crever au milieu des vignes et dont vous méprisez la douleur.
Aujourd’hui ce sont des centaines de personnes qui souffrent des pesticides, ces mêmes centaines de personnes qui manifestent dans les rues bordelaises et font suffisamment trembler la planète viticole pour en appeler aux députés.
Il faudra bien plus que votre appel à des études pour sauver la viticulture bordelaise d’un chaos proche, et masquer les bruissements des victimes des pesticides, qui sont autant de métastases sur l’image des vins de Bordeaux et dont la douleur n’est pas monnayable sur fond de racolage électoral.
Une pauvre petite victime innocente qui n’est pas à vendre.
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actions / Evénements Collectif Info Médoc Pesticides

7 Commentaires

  1. pascal

    23 février 2016 à 21 h 30 min

    Bonjour, Il est temps de prendre conscience que la vie ce n’est pas de travailler pour amasser et espérer toujours plus mais de vivre en société où chacun peut apporter à l’autre son savoir, ses compétences, par une forme d’échanges de liens humains ! Alors prendrons nous bientôt les bonnes décisions en ne cherchant pas à demander à la nature de produire plus en subissant toute notre chimie, tous nos systèmes de productions puis de conservation puis de maintient en vie de fraicheur pour les yeux mais malheureusement toutes ces pratiques sont nocives pour la santé agissant négativement sur le moral ! Combien faudra t-il de mort, d’accidents, de souffrance pour que nos autorités ou mieux encore les praticiens décident d’arrêter de jouer avec leurs semblables !! N’attendons rien de ce coté, mais boycottons ce que nous ne voulons plus manger, voir ou pratiquer ! C’est notre seul façon de nous faire entendre ! Agir !!

    Répondre

  2. Claude Mirandola

    23 février 2016 à 17 h 27 min

    (j’aurais aimé laisser ce message sur le site de la pétition mais c’est impossible car « Change.org » dépend de facebook que j’exècre).

    CESSONS DE VOTER !
    Le combat que mène Marie-Lys contre les pesticides est le même que celui que mènent les opposants aux Gaz de Schiste, OGM, Traité transatlantique, fermetures d’écoles…
    Tous ces effets ont une seule cause, l’absence de démocratie.
    Contrairement à ce que proclame l’article 2 de la constitution, « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple », LE PEUPLE EST IMPUISSANT.

    Le système représentatif (électif) nous donne la parole 2 dimanche tous les six ans. Le reste du temps, les élites que nous avons proclamées ont les pleins pouvoirs. Les urnes sont le cercueil de la démocratie, alors avant toute chose, CESSONS DE VOTER.
    Nos aïeux ne se sont pas battu pour le droite de vote, ils se sont sacrifié pour une société meilleure et leurs adversaires étaient les mêmes que ceux qui nous gouvernent aujourd’hui grâce au « droit de vote »….

    Seule une vraie démocratie nous sortira de leurs griffes.

    POUR FAIRE COURT (moins de 15 minutes):
    https://www.youtube.com/watch?v=7_M0wuih9cs

    Répondre

    • Anonyme

      24 février 2016 à 17 h 43 min

      OUI !!! ARRETONS DE VOTER !!! C’est la plus grosse manipulation ou escroquerie que nous ayons à affronter ! Nous donnons notre pouvoir à des gens, souvent sans scrupule, (même si ce n’est pas à 100%) qui s’empressent de ne jamais tenir leurs engagements. Le système est fait actuellement, et depuis longtemps, pour avilir les « petits », c’est à dire les executants et les ramener au rang d’esclaves. Nous avons perdu complètemet notre souveraineté, autant individuelle que nationale. La souveraineté est totalement bafouée ! il faut réagir et vite et pas seulement dans le monde viticole !
      Nous SOMMES PUISSANTS PAR NOTRE NOMBRE ! Montrons-le , car ce sont les exécutants qui font marcher le système. Les décideurs en col blancs ne sont ni dans les vignes, ni dans les usines ! Ils ont déplacé les usines … ils auront plus de mal à déplacer les grands crus !!! Notre seule chance est de nous unir, de comprendre tout le fonctionnement sous-terrain du système financier car c’est lui qui tient la barre actuellement et depuis toujours ! Mais tout peut changer par un changement de conscience. La consommation consciente ! C’est en route !

      Répondre

  3. Déa

    23 février 2016 à 14 h 26 min

    Nous sommes dans le même combat, par d’autres chemins, et autant en colère ! Nos respects !

    Répondre

  4. yves

    23 février 2016 à 8 h 47 min

    Bravo Marie Lys pour votre courage et le dire vrai de votre lettre ouverte qui vaut pour tous les politiques d’Europe qui se laissent séduire par les lobbyistes confortablement installés à Bruxelles. Elle concerne aussi l’agriculture qui continue d’utiliser les pesticides, l’élevage qui nourrit les animaux avec du soja transgénique traité au roundup venant d’argentine, semant la mort dans les campagnes.
    Elle s’adresse aussi aux consommateurs qui achètent le moins cher possible alors que nombre d’entre’eux pourraient acheter mieux et en moindre quantité.
    Pour ma part je ne bois que du vin bio excellent et guère plus cher.Il en existe dans le Bordelais. Chacun doit faire sa part comme le colibri
    Avec toute ma sympathie et admiration pour votre courage

    Répondre

  5. Anonyme

    22 février 2016 à 23 h 30 min

  6. douce

    22 février 2016 à 21 h 51 min

    HA !!!!!!OUI OUI OUI ENFIN LA COLERE MARIE . DE TOUS COEUR AVEC TOI , JE SUIS UN LECTEUR DE NEXUS DEPUIS LONGTEMPS IL DENNONCE LA PRATIQUE MAFIEUX DE C’est pauvres vignerons .

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Décision de justice très importante pour les salariés !

LA COUR D’APPEL DE ROUEN CONDAMNE ENDEL A REALISER LES FICHESD’EXPOSITIONS AUX AGENT CANCE…