vendredi 04 décembre 2015

 

Selon une étude publiée dans le journal Thorax, les enfants exposés à des pesticides tôt dans leur vie présentent des capacités respiratoires diminuées, dans la même proportion que ceux soumis au tabagisme passif.

Enfants pesticides poumons

Les pesticides aussi néfastes que le tabagisme passif pour les poumons des enfants dans Parents, Riverains et Habitants de communes viticoles fleche_news

Une exposition précoce à des pesticides organophosphorés peut augmenter les risque de développer une pathologie pulmonaire à l’âge adulte.

Les pesticides organophosphorés sont largement utilisés dans l’agriculture, même si cette utilisation a tendance à diminuer depuis quelques années. Des chercheurs de l’université californienne de Berkeley (UC Berkeley) ont étudié l’impact d’une exposition à ces pesticides chez les jeunes enfants, connus pour provoquer des problèmes respiratoires chez les agriculteurs.

279 enfants vivant dans une région agricole

Pour cela, ils ont suivi 279 enfants vivant dans une région agricole, la vallée de Salinas en Californie. Ils ont effectué des analyses d’urine à cinq reprises, entre 6 mois et 5 ans. Les enfants ont ensuite été soumis des tests respiratoires à l’âge de 7 ans, afin de mesurer la quantité d’air qu’ils pouvaient expirer.

Pour ne pas fausser les résultats, les scientifiques ont également pris en compte les autres facteurs qui pouvaient affecter les fonctions respiratoires des enfants, comme le tabagisme passif, la pollution de l’air, la présence de moisissures ou d’animaux au domicile et la proximité des autoroutes.

Des risques augmentés de pathologies pulmonaires à l’âge adulte

« Les enfants de notre étude qui avaient été le plus exposés aux pesticides présentaient les plus faibles capacités respiratoires », constate Rachel Raanan qui a dirigé l’étude. L’augmentation du taux de métabolites organophosphorés dans les urines est associée à une baisse de 159 millilitres de la fonction pulmonaire, soit environ 8 % d’air expiré en moins quand les enfants soufflent une bougie. Cette proportion est similaire à celle observée chez des enfants exposés à du tabagisme passif par leur mère.

« Si la réduction des fonctions pulmonaires persiste à l’âge adulte, cela peut augmenter le risque de développer des problèmes respiratoires comme une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)« , poursuit Rachel Raanan.

Des recommandations pour réduire l’exposition aux pesticides

Même si l’étude n’a pas analysé les voies de contamination aux pesticides chez ces enfants, elle montre toutefois l’importance de diminuer au maximum l’exposition à ces produits.

A titre d’exemple, les chercheurs conseillent aux agriculteurs de retirer leur tenue de travail et leurs chaussures avant de passer la porte de leur maison. Ils recommandent également  de garder les enfants éloignés des champs quand les pesticides sont répandus et, s’ils sont à l’intérieur, de fermer les portes et fenêtres. Enfin, il est important de laver soigneusement les fruits et les légumes avant de les consommer pour réduire l’exposition aux pesticides.

Violaine Badie

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Parents, Riverains et Habitants de communes viticoles

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Une salle de classe de l’école primaire de Listrac-Médoc polluée par les pesticides viticoles.

L’enquête HAPPI réalisée avec l’association Eva Pour La Vie, révèle que 15 rés…