Phyto et maladie professionnelle : le dénouement du procès Bibeyran reporté à 2016

Prévu ce 15 octobre, le rendu d’expertise permettant de relier, ou non, le cancer mortel de Denis Bibeyran à son activité d’ouvrier viticole a été reporté au début 2016. Dû à la déclaration d’incompétence du premier expert désigné par la cour d’appel de Bordeaux, ce nouvel ajournement n’entame pas la mobilisation de Marie-Lys Bibeyran. Soeur du défunt et ouvrière viticole dans le Médoc, elle rappelle l’enjeu de l’expertise : « soit le cholangiocarcinome est assimilable à un cancer du foie, auquel cas, il est reconnu comme maladie professionnelle et doit être inscrit dans le tableau 10F des maladies professionnelles liées à l’arsénite de soude. Soit il n’est pas assimilable à un cancer du foie, la Cour d’Appel rejette notre demande de reconnaissance post mortem de maladie professionnelle. » Dans ce dernier cas, elle annonce d’ores et déjà sa volonté de se pourvoir en cassation.

Ayant démissionné du conseil d’administration de Phyto-Victime (pour de « profonds désaccords sur la ligne de conduite de l’association »), Marie-Lys Bibeyran n’en reste pas moins active dans sa lutte contre les phytos. Elle a lancé fin septembre une pétition demandant aux agriculteurs de « traiter en bio et hors présence enfants les zones agricoles situées le long des écoles ». Une initiative qui a récolté plus de 10 000 signatures en cinq jours et ne manquera pas d’agacer les vignerons girondins. Ces derniers sont en effet soumis à un arrêté préfectoral encadrant les traitements à proximité des écoles et ne manquent pas de souligner que pour l’intoxication des écoliers de Villeneuve-de-Blaye en 2014, un domaine bio était en cause.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actualités

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Pourquoi les petits élevages porcins bio ne connaissent ni la crise ni l’endettement

PAR TIFFANY BLANDIN 4 NOVEMBRE 2015 Leur semaine de travail se rapproche des 35 heures, il…