Publié le mardi 10 mars 2015 15:09

GROSSESSE

L’exposition in utero aux pesticides augmenterait le risque de pathologies respiratoires dans Actualités enceinte

© Cristi Sebastian Photography- flickr

L’exposition in utero et post natale à des pesticides augmenterait le risque pour l’enfant à naître de souffrir de symptômes respiratoires, selon les résultats d’une étude parue dans Environnemental Health Perspectives. La seconde moitié de la grossesse serait particulièrement sensible.

Selon l’organisation mondiale de la santé, l’asthme est la maladie chronique la plus répandue en pédiatrie. D’ici 2025, cette pathologie devrait touchée plus de 350 millions de personnes dans le monde, principalement des enfants. L’exposition précoce aux tabagismes maternel et passif et à divers polluants de l’air ambiant ont été associés à des symptômes respiratoires. « L’impact sur la santé respiratoire d’une exposition précoce à ces composés est biologiquement plausible, expliquent les scientifiques.Pendant la première moitié de la grossesse, les bronches se développent et les voies respiratoires se diversifient ; durant la seconde moitié de la grossesse, les alvéoles commencent à se développer. » Si l’exposition aux pesticides organophosphorés a été associée à des symptômes respiratoires chez les adultes en milieu professionnel, peu d’enquêtes ont étudié l’importance des symptômes respiratoires après une exposition de bas niveau. Une équipe de chercheurs américains a donc étudié l’association entre les symptômes respiratoires évocateurs d’un asthme et l’exposition possible pré et postnatale aux pesticides organophosphorés dans une communauté agricole en Californie.

359 mères et des enfants issus de la cohorte de naissance CHAMACOS ont été étudiés. Les concentrations urinaires de composés de dialkyl phosphates (DAP) issus de ces pesticides étaient mesurées à deux reprises durant la grossesse (à 13 et 26 semaines de gestation) et cinq fois chez les enfants entre l’âge de six mois et cinq ans. Les mères ont rapporté les symptômes respiratoires de leurs enfants aux âges de 5 et 7 ans. Les chercheurs ont ajusté les résultats pour l’âge et le sexe de l’enfant, le tabagisme maternel pendant la grossesse, le tabagisme passif, la saison de naissance, l’allaitement, la présence de moisissure et de cafards dans la maison, ou encore la distance de l’autoroute.

Les résultats montrent que les concentrations urinaires prénatales plus élevées en DAP ont été associées, de façon non significative, à des symptômes respiratoires au cours des douze mois précédents les 5 et 7 ans de l’enfant. Cette association devenait significative lorsque les concentrations en DAP étaient plus élevées durant la deuxième moitié de la grossesse. De plus, les concentrations en DAP chez les enfants étaient associées à des symptômes respiratoires et une toux induite par l’exercice dans les 12 mois précédents les 5 et 7 ans des enfants.

Les auteurs concluent que l’exposition précoce aux pesticides organophosphorés est associée à des symptômes respiratoires évocateurs d’un asthme dans l’enfance. Ils précisent que d’autres études devront évaluer les périodes de sensibilité et les mécanismes par lesquels l’exposition à ces pesticides peut affecter le développement du système respiratoire.

Source : Environ Health Perspect. 2015 ; 123 : 179-85.

RF

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actualités

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Réponse au courrier de Mr Jean-Claude Boniface, publié dans le Journal du Médoc du 19/10/18.

Vous trouverez ci-dessous copie du courrier publié dans le Journal du Médoc du vendredi 19…