Le viticulteur girondin Denis Bibeyran est décédé en 2009 d’un cancer rare. Sa soeur se bat pour que sa maladie soit déclarée « maladie professionnelle ». L’audience en appel se tient ce jeudi

Les pesticides devant le tribunal à Bordeaux
Marie-Lys Bibeyran se bat depuis 2009 pour que la maladie de son frère décédé soit reconnue comme maladie professionnelle.© 

ARCHIVES JULIEN LESTAGE
Le 12 octobre 2009, Denis Bibeyran est décédé à 47 ans d’un cancer rare des voies biliaires –un cholangiocarcinome– après avoir travaillé 32 ans durant dans les vignes de Listrac-Médoc (Gironde). Au banc des coupables, les pesticides avec lesquels il pulvérisait les vignes. L’audience en appel pour la « reconnaissance post-mortem en maladie professionnelle » du salarié viticole, impliquant des pesticides, se tient, ce jeudi à 9 h, devant la chambre sociale de la Cour d’appel de Bordeaux. C’est une première du genre en Gironde.

En période de traitement des vignes, a témoigné un collègue, Denis subissait d’étranges saignements de nez à répétition

Le combat d’une soeur

Depuis la mort de son frère, Marie-Lys Bibeyran, 36 ans, se bat en son nompour que la maladie qui a causé son décès soit reconnue maladie professionnelle par la Mutualité Sociale Agricole de la Gironde (MSA). « Denis était à la fois salarié dans un château sur Listrac et exploitait deux hectares pour son compte », expliquait, en 2011, Marie-Lys Bibeyran à « Sud Ouest ».

« Sur le domaine du château, il était chauffeur de tracteur et effectuait tous les traitements phytosanitaires depuis vingt-cinq ans. Dans ses vignes, il faisait toutes les tâches et employait les mêmes produits qu’au château. Il avait une très bonne hygiène de vie et aucune raison de déclencher un cancer. Il se croyait tout à fait préservé en vivant à la campagne. » Pourtant, en période de traitement des vignes, témoignait un collègue, Denis subissait d’étranges saignements de nez à répétition… Pour Marie-Lys Bibeyran, elle-même saisonnière dans les vignes, ce sont les pesticides qui seraient à l’origine du cancer de son frère. C’est pourquoi, en mai 2011, elle s’est lancée dans la bataille pour obtenir la reconnaissance de ce cancer comme maladie professionnelle.

 

Les pesticides devant le tribunal à Bordeaux dans Affaire Denis Bibeyran
Marie-Lys Bibeyran tient le portrait de son frère Denis, décédé en 2009.© PHOTO ARCHIVES CÉLINE DUPEUX

 

Une victoire juridique en 2014

Concernant les pesticides, l’omerta reste encore de mise dans les rangs de vigne, mais les choses bougent toutefois. En avril 2014, après sept ans de combat judiciaire, Sylvie S., salariée en Dordogne dans un domaine viticole et intoxiquée par une pulvérisation de pesticides, a obtenu la reconnaissance de la « faute inexcusable de son employeur ». Une victoire juridique qui fait avancer la jurisprudence et constitue un encouragement pour tous les autres salariés victimes de pesticides qui ont engagé ou voudraient engager de telles procédures.

« Le seul moyen de se sortir de ce silence de plomb »

Le dossier de Denis Bibeyran, défendu par maître François Lafforgue, est passé devant le Comité régional de reconnaissance de maladie professionnelle (CRRMP), qui a prononcé par deux fois un rejet. Par une décision en première instance du 7 janvier 2014, le tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) a confirmé ces décisions.

Pour Marie-Lys Bibeyran, désormais militante anti-pesticides et membre des associations nationales Générations futures et Phyto Victimes (née en Charente)l’audience en appel de ce jeudi dépasse le seul cas de Denis et concerne tous les salariés agricoles intoxiqués avec des pesticides, qu’ils soient malades ou décédés. C’est aussi, selon elle, « le seul moyen de les sortir de ce silence de plomb dans lequel la profession, les lobbies agricoles et des pesticides veulent les confiner ». Aussi invite-t-elle sur Facebook et sur son site d’information sur les pesticides à venir demain au tribunal, en mémoire de son frère et en soutien à tous les salariés agricoles exposés aux pesticides, pour que dit-elle, « cette audience fasse du bruit en opposition au silence assourdissant dans lequel sont plongées les victimes et leurs familles ».

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Affaire Denis Bibeyran

Laisser un commentaire