Alors que le gouvernement lance un nouveau plan pour réduire l’utilisation des pesticides, un viticulteur gardois témoigne. Il y a trente ans, suite à des problèmes de santé, il a décidé de se convertir à l’agriculture biologique.

Un viticulteur gardois : Pesticides répandus dans un champ (illustration)  © MaxPPP

Le gouvernement veut faire la chasse aux pesticides. Le ministre de l’agriculteure Stephane Le Foll souhaite réduire de moitié l’utilisation des pesticides d’ici 2025. L’annonce a été faite en fin de semaine derniére.

Le gouvernement souhaite également développer les alternatives naturelles aux pesticides, comme le « biocontrôle (méthode naturelle de protection,) et encourager l’innovation autour des machines agricoles » (services cartographiques par drones, GPS, pulvérisateurs de précision…) pour optimiser l’utilisation des pesticides.

De nouvelle méthodes de travail qui seront difficile à mettre en place tant l’utlisation des pesticides dans l’agriculture est importante. L’utilisation de produits chimiques en agriculture a progressé de 5% par an en moyenne entre 2009 et 2013.

Said Makhloufi s’est rendu chez un viticulteur à Bellegarde Michel Pastouret qui aujourd’hui fait du vin bio aprés avoir longtemps utilisé des pesticides. Selon lui les pesticides auraient pu le tuer.

Reportage Said Makloufi

Michel Pastouret

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Actualités

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Affaire Bibeyran: « Pour nous, les vignes bordelaises sont un cercueil à ciel ouvert »

Par Jérémy Jeantet / Jeudi 21 septembre 2017 à 19:53 Photo d’illustration ©REMY GABA…