Michèle Delaunay, cancérologue, mène une lutte anti-tabac aussi bien sur Twitter qu'à l'Assemblée nationale.

La députée de Gironde, Michèle Delaunay, cancérologue, mène une lutte anti-tabac aussi bien sur Twitter qu’à l’Assemblée nationale (DR).

Une polémique a éclaté ce week-end sur Twitter avec pour principaux mots-clés « pesticides », « vin » et « cancérigènes ». Cible des attaques : la députée de la deuxième circonscription de Gironde, Michèle Delaunay, accusée de minimiser le problème et dont les tweets ont, d’après elle, été mal interprétés.

 

Si Twitter oblige à faire preuve d’esprit de synthèse avec ses messages limités à 140 caractères, le réseau social engendre malheureusement aussi beaucoup de quiproquos. La députée Michèle Delaunay en a-t-elle fait les frais, ce week-end ?Accusée par un blog sur Rue89 de nier le « caractère cancérigène des pesticides » – déni « d’autant plus surprenant(e) que l’ex-ministre et députée de la Gironde est cancérologue de formation » –, la députée a expliqué à Rue89 Bordeaux le contexte de l’échange à l’origine de cette incrimination.

Tout commence vendredi 19 décembre, quand Michèle Delaunay retweete un collaborateur parlementaire socialiste, Théo J.K., sur la question du tabagisme « associé à 93% des décès par cancer » du poumon. Dans le fil de commentaires qui s’ensuivent, la députée de Gironde est apostrophée par une certaine Marie-Lys Bibeyran qui lui demande :

« Et qqn qui ne fume pas, ne boit pas et travaille ds la vigne, son cancer est dû à quoi ? #pesticides #vin »

Ce à quoi Michèle Delaunay répond :

« Au soleil s’il ne se protège pas. Les produits de la culture de la vigne ne st plus cancérigènes. »

Marie-Lys Bibeyran s’offusque alors de la réponse – « le soleil cause d’1 cancer du foie ? Un scoop médical ! » – et les critiques se mettent à pleuvoir sur Michèle Delaunay qui aurait perdu son « intégrité intellectuelle » et sa « raison scientifique » pour des « raisons idéologiques ».

Les pesticides moins nocifs que le tabac

Ce que Michèle Delaunay ne savait pas, affirme-t-elle, c’est que Marie-Lys Bibeyran est une militante anti-pesticides très active depuis la mort de son frère d’un cancer des voies biliaires intra-hépatiques en 2009. Un décès qu’elle attribue à plus de 20 ans de travail dans les vignes du Médoc au contact de produits phytosanitaires, sans être parvenue jusqu’à présent à faire reconnaître ce lien de causalité devant les tribunaux. La question que cette militante, elle-même ouvrière viticole, a posée à Michèle Delaunay faisait par conséquent référence à ce combat (qu’elle relaie notamment sur son site et sa page Facebook), ce que la députée, montée sur son cheval de bataille anti-tabac, n’a semble-t-il pas vu venir.

« Je lui ai répondu que le soleil était le facteur de cancer le plus fréquent chez les agriculteurs car c’est le cas, ils présentent plus de risque que le reste de la population de développer un cancer cutané qui peut, éventuellement, être reconnu comme maladie professionnelle. Je n’avais pas compris que Marie-Lys Bibeyran faisait référence au cas particulier de son frère. Je lui ai dit que j’allais me renseigner sur ce cas mais, a priori, il a été victime d’un cancer rare qui n’a pas de lien direct avec sa profession. »

Pour autant, était-il raisonnable de déclarer comme elle l’a fait que « les produits de culture de la vigne » (elle précise ensuite, « produits de traitement de la vigne ») ne sont « plus cancérigènes » ?

« Il faut noter que le mot “pesticides” est devenu un vrai fourre-tout. Je n’aurais peut-être pas dû dire qu’ils ne sont plus cancérigènes, mais que ce sont des cancérigènes faibles et incertains, depuis que l’arsenic a été interdit en 2001. Ce qui m’agace, c’est que les écolos montent en mayonnaise la question des pesticides mais ne disent rien sur le tabac dont il est prouvé qu’il est le facteur n°1 de risque de cancer évitable, devant l’alimentation, l’alcool et le soleil, et loin, très loin devant les facteurs environnementaux qui incluent pollution et pesticides. Le tabac cause 44 000 décès par an et son coût social est estimé à 47 milliards d’euros par an : c’est trois fois le déficit de la sécurité sociale ! »

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Collectif Info Médoc Pesticides
Charger d'autres écrits dans Collectif Info Médoc Pesticides dans la presse et en vidéos.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Malgré les alertes, le recours aux pesticides ne cesse d’augmenter

Le Monde.fr | 24.12.2014 à 11h50 | Par Martine Valo C’est officiel : il y a toujours plus …